Fongicides : "un pas de géant a été franchi"

Publié le 17 janvier 2022 à 06h00

Catégorie : Pratiques

Nous avons rencontré Philippe Desplantes, Directeur Commercial chez Natura’Lis, pour une interview exclusive. Dans cette troisième partie, il présente la technologie TERRAFOOT et il nous parle de l’évolution de l’usage des fongicides avec deux références : le Stade Gaston Gérard et le Country Club Norges Golf Dijon Bourgogne

Ces dernières semaines, nous vous dévoilionslapremière partie de l’interviewde Philippe Desplantes, Directeur Commercial chez Natura’Lis, qui nous présentaitla société etnous expliquait comment la filière va s’adapter aux nouvelles contraintes réglementaires telle que la Loi Labbé

Dans la deuxième partie de l’interview, il nous donnait son avis surles différents niveaux d’exigence de la qualité des terrain de sport dans les années à venir.

Dans cette troisième partie, Phillipe Desplantes nous présente le susbstrat TERRAFOOT®, unsubstrat élaboré à base de pouzzolane et demâchefer,sur lequel évoluent les joueurs du DFCO.

Il revient ensuite sur la façon dont Natura’Lis estintervenue sur les différentes infrastructures du DFCO en partenariat avec Parcs & Sports. La societé est a réalisé l’amendement à la création et la fertilisation en collaboration avec Stéphane Maitre, l’intendant du stade et du centre d’entraînement du DFCO, qui nous avait fait unretour sur les travaux du Stade Gaston Gérardet nous avaitprésenter le nouveau centre d’entraînement du DFCO. En terme de biostimulation,Philippe Desplantes explique que c’est une très bonne référence car Stéphane Maître « a réussi à tenirdeux ans et demi sans fongicide lorsque le DFCO était encore en Ligue 1. Je n’en connais pas un qui a été capable de faire cela. C’est la preuve que lorsque l’on parle debiostimulants et de réduction de maladies, cen’est pas anodin. Sur les certains golfs, on est passé en quelques années de 8 à 4 et aujourd’hui on est sur un à deux fongicides à l’année. Il y a un pas de géant qui a été franchi. »

Natura’lis travaille également avec Olivier Baillard, l’intendant du Country ClubNorgesGolf Dijon Bourgogne, que nous avions également rencontré où il nous parlait de la macération de plantes, del’évolution du greenkeepingoudes nouvelles contraintes qui touchent le Country Club Norges Golf Dijon Bourgogne. Le greenkeeper travaille en organique depuis des années.

Enfin,Phillipe Desplantes revient sur les deux années spéciales qui se sont écoulées et les projections pour Natura’lis.

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites