Quand des activistes écologistes s’attaquent aux golfs de Toulouse et Limoges

Publié le 17 août 2022 à 12h00

Catégorie : Actualités

Pour manifester leur mécontentement face à l’arrosage des greens de golf, certains collectifs de militants écologistes sont passés à l’action et ont vandalisé plusieurs golfs. Face à ces actes, la FFG a réagi. 

Dans une période de sécheresse historique en France, le monde du golf occupe le devant de la scène médiatique…mais il s’en serait bien passé ! Les golfs sont pointés du doigt car la plupart ont encore le droit par dérogation préfectorale d’arroser leurs greens la nuit. Et si les critiques et le mécontentement se traduisaient jusqu’alors en paroles, certains activistes sont passés aux actes, notamment à Toulouse et Limoges.

Dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 août, deux golfs situés dans l’agglomération Toulousaine, le golf de Garonne et le golf de Vieille Toulouse, ont été visés par le collectif écologiste Kirikou et Extinction Rébellion Toulouse. Ce sont surtout les greens, principaux sujets de discorde, qui ont été saccagés : les trous ont été bouchés au ciment, le couvert végétal a été scalpé pour écrire « Rendre l’eau » et plusieurs pancartes ont été plantées, dont une dénonçant une consommation de «277 000 litres d’eau par jour » pour un seul trou. Sur les réseaux sociaux et via un communiqué, le sabotage a été revendiqué « pour dénoncer l’accaparement de l’eau par cette industrie de loisir pour les plus privilégiés » et les activistes exigent un « réel contrôle des prélèvements d’eau de la part des golfs ».

Le surlendemain, c’est à Limoges que des actes similaires ont été réalisés et revendiqués par la branche limougeaude d’Extinction Rébellion. Ainsi le golf municipal de Limoges et le golf de la Porcelaine à Panazol ont vu des légumes être plantés dans certains trous durant la nuit.

Source : Extinction Rébellion Limoges

La FFG affiche son soutien aux golfs touchés

Au lendemain des actions commises à Toulouse, la Fédération Française de Golf a affiché tout son soutien aux golfs victimes de sabotage dans un communiqué paru en pleine situation de crise. « Je n’oublie pas non plus les clubs près de Toulouse qui ont été vandalisés avec des messages de revendication politique sans ambiguïté. Qu’ils soient assurés de tout notre soutien. Concrètement, la FFG étudie la possibilité de se porter partie civile pour suivre ces affaires au pénal et faire condamner les responsables de ces attentats contre les golfs. Nous sommes fiers de notre filière, de votre travail et de votre capacité d’adaptation déjà fortement mise à l’épreuve durant la période de Covid. Nos opposants qui parlent de golf sans nous connaître et sans respecter vos métiers du quotidien en faveur de l’environnement ne réussiront pas à casser notre détermination et notre passion », a adressé le président de la fédération Pascal Grizot aux jardiniers, intendants de parcours et employés de golf en France.

A Toulouse, Nicolas Astier, directeur du golf de la Garonne, envisage de porter plainte contre le collectif. « Ce sont des personnes qui ne sont pas bien renseignées sur nos consommations d’eau : on n’arrose que les greens, c’est une surface qui ne représente que la moitié d’un terrain de football », a-t-il précisé dans les colonnes de 20 minutes

Visitez nos
autres sites