Hippodrome de Vichy-Bellerive (1ère partie) : Un gestionnaire "à l'écoute de la plante"

Publié le 7 juin 2022 à 08h43

Catégorie : Pratiques

Olivier Louit, délégué général de la Société des courses de Vichy, a rejoint l’Hippodrome de Vichy-Bellerive il y a quatre ans pour redonner au site son attrait historique. Il revient sur les travaux importants entrepris à son arrivée sur la piste engazonnée et sur les opérations de maintenance courante destinées à offrir aux chevaux une pelouse leur permettant de donner leur maximum.

Cet hippodrome présente une piste engazonnée avec l’une des plus longues lignes droites de France (1000 mètres), un piste de sable pour le trot, un parcours haies pour le saut d’obstacles et un cross-country. En tant que centre d’entraînement qualifié du Pôle National, il propose également deux pistes d’entraînement. Au niveau de planning, l’hippodrome reçoit 42 jours de courses de galop et de trot par an (dont des courses Premium), ce qui représente en moyenne 2,5 réunions par semaine du 1er mai au 30 septembre.

Riche de son expérience dans différents hippodromes de renom de l’Hexagone, Olivier Louit a rejoint l’Hippodrome de Vichy-Bellerive il y a quatre ans dans le cadre d’un projet de relance de l’hippodrome, en tant que délégué général de la Société des courses de Vichy. Pour gérer ce calendrier très tendu, il organise les interventions de son équipe en deux temps : une simple maintenance du site et des pistes en période de courses et une maintenance plus profonde le reste de l’année, en fonction des objectifs fixés. Il détaille dans la vidéo ci-dessous ces opérations de maintenance :

Dans un second article, Olivier Louit évoque la pénurie d’intendants pour l’entretien des pistes des hippodromes français, pourtant reconnus mondialement pour leur qualité.

Lucas Sanseverino

Visitez nos
autres sites