Golf de Saint-Émilion : le plus green des greens ?

Publié le 20 octobre 2017 à 07h32

Catégorie : Pratiques

Ouvert en 2015, ce golf nouvelle génération est un exemple en matière d’écologie, aussi bien en ce qui concerne sa pelouse que son irrigation.

Le projet duGrand Saint-Emilionnais Golf Club, lancé en 2002, aura mis plus de 13 ans pour aboutir, une période de gestation qui a finalement permis de développer et de proposer un parcours d’exception aux joueurs d’Europe, en collaboration avec l’architecte américain préstigieux, Tom Doak. Les fondateurs ont toujours eu dans l’idée de créer un golf naturel avec une touche de l’art de vivre à la française.
Le site, de 102 hectares, a subi des travaux qui ont duré plus de 4 ans afin de pouvoir le moduler etconcrétiser ces plans ambitieux. L’axe écologique a été une ligne directive pour ce golf à différents niveaux. En effet, l’irrigation se fait uniquement avec de l’eau de pluie qui est récoltée par 2 grands lacs qui ont été créés dans cette optique. L’eau est utilisée de manière responsable et calculé afin d’éviter les pertes inutiles.
Le choix du gazon n’a pas été anodin non plus, il est également éco responsable, à base de fétuque. Pourquoi celui-là en particulier ? Il demande peu d’eau, peu d’engrais et sa pousse est lente, une évidence donc pour un golf de ce type.
L’entretien est réalisé par une équipe de 12 jardiniers, managé par un greenkeeper, classé trois de handicap. Ils utilisent des tondeuses hybrides mais « emploient » également des moutons en hiver pour s’occuper d’une partie dela tonte du parcours !
Ces idées vertes ingénieuses ont un coût : 7 millions d’euros auraient été dépensés pour l’élaboration de ce golf utopique. En ce siècle de l’or bleu, cette initiative pourrait inspirer d’autres terrains, un invetissement pour le long terme à la fois écologique et économique.

Crédit photo : Site officiel du golf de Saint-Émilion
Source : Sud Ouestet le site officiel du golf de Saint-Émilion

Visitez nos
autres sites