Combien de temps durent les zones de jeu d'un parcours de golf ?

Publié le 24 mai 2022 à 05h21

Catégorie : Pratiques

Un superintendant de golf américain a estimé le temps d’usure des différentes zones de jeu d’un parcours. Voici les différentes durées. 

Terry Buchen, superintendant américain à la retraite et membre depuis 54 ans de la Golf Course Superintendents Association of America (GCSAA), a occupé le poste le plus élevé de la profession dans des propriétés de renom telles que le Riviera , le Castle Pines et le Golf Club of Oklahoma. Il est toujours actif et œuvre en tant que consultant pour l’aménagement et l’entretien de parcours de golf. Il a également publié des articles sur un large éventail de sujets liés aux greenkeepers dont le sujet qui nous intéresse aujourd’hui : Quelle est l’espérance de vie de la plupart des zones de jeu «importantes» d’un parcours de golf ?

Cette initiative permet aux lecteurs de comprendre les défis et les préoccupations des intendants de parcours de golf. Lorsque l’on présente un parcours, on évoque souvent le nombre de trous et la longueur de ces derniers. En attendant, nous entrons dans un tournant où la préservation de l’environnement et la transition écologique sont au cœur des débats.Les systèmes d’irrigation sont vieillissants et les bunkers nécessitent une restauration. Ces rénovations s’accélèrent ces dernières années en raison du changement climatique, des crises, des budgets d’entretien ou encore de la qualité de la construction d’origine.

Rien n’est donc éternelmais combien de temps durent les éléments clés du parcours ? Terry Buchen a analysé les chiffres et est parvenu aux estimations suivantes :

Les greens : 12 à 50 ans et plus

Tous les greens ne sont pas créés de la même manière et cela a un impact sur le moment où ils doivent être reconstruits. Certains sont des greens « push-up », une méthode de retour qui consiste à pousser et à façonner le sol d’origine. D’autres sont à base de sable. D’autres encore sont construits selon les spécifications de l’USGA, qui sont une norme de l’industrie depuis les années 1960 aux Etats-Unis. La qualité du drainage peut aussi avoir un impact majeur sur la durée de vie d’une surface de putting. Idem pour les pratiques d’entretien et le volume de jeu des clients. Ajoutez à cela des variations liées au conditions climatiques : ainsi, dans les régions plus chaudes, les parcours sont soumis à une usure toute l’année et les infrastructures ne durent généralement pas aussi longtemps. C’est ce qui explique que la durée de vie moyenne soit aussi étendue.

Les départs : 12 à 20 ans

Les mêmes facteurs qui affectent les greens influencent également la durée de vie des départs. Mais les départs étant construits de façon plus uniforme avec un gazon plus haut qui résiste mieux aux dégâts, leur espérance de vie varie moins que les greens.

Les fairways : 10 à 15 ans

Tout comme dans l’immobilier où l’emplacement est primordial, c’est le drainage qui prime en matière d’entretien du gazon. Il influence grandement l’espérance de vie d’un fairway (le moment où il doit être réengazonné), même si la lumière, la circulation et le mouvement de l’air entrent également en ligne de compte.

De gauche à droite, la durée de vie moyenne des greens, bunkers et départs.

Les bunkers et leurs abords : 10 à 20 ans

Les bunkers perdent leur forme pour de nombreuses raisons. Le trafic des voiturettes, des chariots et des piétons sur leurs abords, un entretien de mauvaise qualité, l’absence de revêtements de bunker qui aident à retenir le sable sur les faces escarpées… la liste des causes possibles est longue. Dans les climats chauds, où des herbes agressives comme les Bermuda et le Kikuyu (aux Etats-Unis) poussent sur leurs abords, les bunkers doivent être remodelés plus souvent que ceux des régions plus froides, où le gazon est moins susceptible d’être envahissant.

Le sable des bunkers : 5 à 12 ans

Avez-vous déjà joué sur un parcours avec des cailloux ou d’autres impuretés dans les bunkers ? Il y a de fortes chances que ces bunkers n’aient pas de doublures ou des doublures qui ont dépassé leur durée de vie théorique. Les doublures empêchent le sol d’origine de contaminer le sable du bunker, une barrière particulièrement importante lorsqu’il pleut. À un moment donné, tout le sable est contaminé. Mais sans doublures, ce sable devra être remplacé plus tôt que prévu.

Les systèmes d’irrigation : 8 à 50 ans et plus

Contrôleurs, câblages, têtes d’arrosage… Les systèmes d’arrosage ont toutes sortes de composants et ceux que nous venons de citer durent en moyenne 8 à 12 ans. En ce qui concerne les tuyaux, il en existe deux types principaux : ceux en PVC, qui sont fait de plastique, et ceux en HDPE, sans soudure et plus solides, qui affichent une durée de vie de 50 ans ou plus. Ensuite, il y a les stations de pompage : Terry Buchen fixe leur durée de vie de 8 à 15 ans.

Dans son étude, le superintendant donne également l’espérance de vie des chemins de voiturette,des marqueurs de départ, des lave-balles, des piquets de surface,des drapeaux mais également des trous. Il fournit un éventail complet des durées de vie de chacune des zones en les divisant selon trois régions climatiques : climat doux, climat froid et climat intermédiaire. Vous pouvez consulter le tableau que Terry Buchen a produit pour le Golf Course Management, le magazine officiel de la GCSAA, en cliquant ici.

Lucas Sanseverino

Visitez nos
autres sites