La Beaujoire : 300 kilos de graines semées pour lutter contre le pâturin naturel

Publié le Mardi 16 juillet 2019 à 16:43

Les greenkeepers vont de nouveau changer la pelouse de l'antre du FC Nantes à cause d'une graminée qui encombre le gazon de la Beaujoire.

Jonathan-Huet-stade-la-beaujoire-fc-nantes

Un changement de pelouse est prévu cet été au stade de la Beaujoire, l'antre des joueurs du FC Nantes. Une fois n'est pas coutume puisque les greenkeepers avaient déjà réalisé cette opération l'an passé. La faute revient au pâturin naturel qui dégrade le terrain et se propage sur l'ensemble du terrain recouvrant jusqu'à 90% de sa surface à la fin de la saison. Nos confrères de France Bleu ont interrogé Jonathan Huet, le greenkeeper du stade depuis 19 ans afin d'obtenir plus de précisions :

"D'un point de vue racinaire, c'est une plante qui est nulle. En plus, elle n'est pas très jolie."

Pour résoudre ce problème qui nuit à l’esthétisme de la pelouse, il faut changer l’intégralité du tapis végétal qui recouvre le terrain et cette opération s'élève à des centaines de milliers d'euros. C'est ce qu'explique Loic Paul, le dirigeant de Sportingsols, l'entreprise qui s'occupe de l'entretien de la pelouse du stade : 

"La pelouse de la Beaujoire est une vieille dame,  Elle commence à être fatiguée. C'est pour ça qu'on perd quelques places au classement du championnat des pelouses. Mais en réalité, nos notes sont toujours les mêmes. On tourne autour de 15, 16 sur 20 de moyenne. Ce sont les autres clubs qui se sont améliorés."

Environ 300 kilos de graines ont été semées il y a environ un mois. il ne se passe pas une seule journée sans que Jonathan Huet ne vienne observer l'avancement de la pousse du gazon.

"Là, on est pas trop mal. Mais il faut rester vigilant. Si un jour, je ne viens pas, il peut y avoir un arrosoir qui casse, qui reste bloqué. Ça peut inonder une zone et on peut partir sur un départ de champignons".

Il explique ensuite que ce travail va se répéter à la fin de la prochaine saison à cause de l'ancienneté du terrain :

On a une plante, le pâturin, qui pousse naturellement. Il n'a pas de racine du tout[...] Et en général, on finit la saison avec 90% de pâturin. Du coup, si on ne change pas la pelouse, on ne tiendra pas la saison. Il y a des problèmes d'arrosage, de drainage [...] C'est plus dur à entretenir. A certains endroits, le drainage s'est affaissé et l'écoulement de l'eau se fait moins bien".

Source et crédit photo :  France Bleu Loire OcéanFrance Bleu

redactionateprofield.com (Lucas Sanseverino)