Wimbledon : le changement de gazon rend le jeu plus lent et le tournoi dénaturé

Publié le 17 juillet 2019 à 07h20

Catégorie : Actualités

Autrefois célèbre pour la rapidité de son jeu, le tournoi de Wimbledon fait aujourd’hui polémique à cause de la perte de cette tradition. Les joueurs reprochent à cet emblématique tournoi londonien d’être devenu trop lent, ce qui dénature son authenticité. Ceci se traduit par le changement de son gazon depuis le début des années 2000. Explications …

Jusqu’au début des années 2000, Wimbledonétait réputé pour être le tournoi le plus rapide de Grand Chelem et serait désormais devenu le plus lent aujourd’hui. Alors que la compétition vient à peine de se terminer, nombreux sont les joueurs qui ont critiqué le tournoi. La faute à un jeu qualifié de « dénaturé » pour revendiquer sa lenteur comparé à ses caractéristiques rapides traditionnelles.

Mais revenons d’abord sur la technicité du gazon des terrains. En raison des capacités athlétiques des joueurs rendant le tennis plus rapide et plus énergique ces dernières années, les organisateurs ontimposé un changement de la composition du gazon au début des années 2000.Cette décision a également été prise pourréduire considérablement la quantité de faux rebonds. Il était auparavant constitué d’un mélange de 70% de gazon »ray grass vivace » et de 30% de gazon »creeping red fescue »(fétuque rouge) soit deux espèces de graminées. Aujourd’hui il est passéà 100% de « ray grass ». Les organisateurs ont reprochéau »creeping red fescue »(fétuque rouge)derendre la surface moins dense et moins résistante aux piétinements, comparé au « ray grass » vivace, qui est quant à lui bienplus robuste.

De plus, la préparation d’un gazon composé uniquement de « ray grass » vivace permet de maintenir un sol sec et dur. Il a également la particularitéde pousser de manière beaucoup plus verticale. Ce qui va changer les conditions du jeu en donnant unrebond plus haut. Mais également en rendant le tournoi bien moins offensif d’où la perditiondes serveurs-volleyeurs qui étaient très nombreux auparavant à Wimbledon.Ce gazon plus dense, avec une taille plus longue, va freinerla balle après l’impact au sol et ellearrivera donc moins vite vers l’autre joueur. Des statistiques ont montré que lors de la finale masculine de2003, un service de202km/hralentissait à83km/haprès l’impact au sol, alors qu’en 2008 ce même service descendait à69km/h. Cela entraîneune perte de plus d’un mètre au niveau de la ligne de fond de court. Imaginez les chiffres actuels avec les joueurs plus athlétiques de ces dernières années.Ceci se remarque également sur les zones d’usure du gazon qui se trouvaient proches du filet auparavant et qui se situent aujourd’hui uniquement en fond de court.

Le gazon de Wimbledon a donc changé puisqu’il était autrefois catégorisé dans les « surfaces rapides » mais aujourd’hui il appartient à la catégorie « surface intermédiaire ».

Au niveau de l’entretien, comme nous vous en avions parlé dans cet article,lahauteur de tonte du gazon est constamment maintenue à 8 millimètres de hauteur pendant les deux semaines du tournoi. Les moyens dédiés à l’entretien et à lamaintenance sont donc très importants. Quant à l’équipe d’entretien, il est passé d’une quinzaine depersonnes à une trentaine aujourd’hui durant l’événement. Le gazon est changé tous les ans, tondus et aplanis tous les jours de la compétition grâce à des rouleaux. Au niveau de l’arrosage,si les conditions météorologiques l’exigent, 13.000 litres d’eau peuvent être consommés lors des deux semaines du tournoi. Les lignes sont également retracéesen répandantune composition poudreuse et blanche à base de kaolin. Ce travail de haute précision s’effectue à l’aide d’un marqueur mécanique où l’on doit absolument respecter les dimensions suivantes: une largeur de 10 cm pour toutes les lignes de fond de court et 5 cm pourles autres.

Maxime Combes , l’unique« groundsman » français du tournoi – édition 2017 – expliquait à laLa Dépêche :

« On commence à 7 h 30 le matin et on termine à 22h. On tond la pelouse, on refait les lignes du court avant que les joueurs les utilisent et après que tout le monde soit parti. On s’occupe aussi des terrains d’entraînement, il y en a 43 en tout. »

Au total, les jardiniers prennent soin de 40 courts dont 18 uniquement dédiés aux matches de la compétition. Tout au long de l’année, il est bien évidemment interditde marcher sur les courts. Une des autres particularités de Wimbledon c’est que, comme pour les trois autres compétitions du Grand Chelem, le tournoi dure deux semaines, mais à Londres aucun match n’est joué le premier dimanche suivant le début de la compétition. C’est ce que l’on nomme lemiddle sunday. Cette règle provientdes premières éditions du tournoi où il y avait un accord entre les voisins et l’organisation du clubpour garder le côté ordinaire d’un dimanche classiqueet veiller à la tranquillité des voisins. Mais aujourd’hui, cette règle est maintenue pour donner unjour de repos au gazondevenu trop fragile.

Une pelouse bichonnée mais qui fait polémique. De quoi manger la pelouse comme l’a fait Novak Djokovic pour son 16èmetitreen Grand Chelem après sa victoire face à Roger Federer…

Number five tastes good #Wimbledon | @DjokerNole pic.twitter.com/ktpL2usWOw— Wimbledon (@Wimbledon) 14 juillet 2019

redactionateprofield.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites