Restrictions d’eau pour les hippodromes de Deauville – la Touque et Clairefontaine

Publié le Mercredi 07 août 2019 à 15:18

Dans le Calvados, la préfecture a placé le bassin-versant de la Touques en « alerte sécheresse ». Les hippodromes de Deauville – la Touque et Clairefontaine doivent respecter certaines mesures pour lutter contre la sécheresse, dont la limitation des usages de l’eau.

clairefontaine-deauville-hippodrome

Entre 9 h et 19 h, pour lutter contre la sécheresse, les hippodromes de Deauville – la Touques et Clairefontaine, sont, jusqu'à nouvel ordre, interdits d'arroser les pistes des champs de courses. En effet, le bassin-versant de la Touques a été placé en « alerte sécheresse » par la préfecture du Calvados. Mais ces mesures n'inquiètent pas vraiment les directeurs des deux sites en ce qui concerne l'entretien des pistes.

Interrogée par nos confrères de Ouest-France, Axelle Maître, secrétaire générale de l’hippodrome de Clairefontaine, explique : « Ce n’est pas une interdiction totale, cela nous laisse tout de même la possibilité d’arroser de 19 h à 9 h. De toute façon, en journée, on ne faisait jamais d’arrosage total, seulement à des endroits stratégiques ».

La secrétaire générale se dit ravie que cette restriction d'eau arrive lors d'une période plutôt « calme... Le plus gros est passé, et les prochaines grosses journées ne sont que la semaine prochaine ». Une seule piste sera arrosée puisqu'une seule course de plat est prévue ce vendredi.

Cependant d'importantes précipitations sont prévues pour la semaine prochaine, où l'on estime que 20 mm de pluie s'écouleront sur l'hippodrome lundi. Les intendants limiteront l'arrosage pour éviter un surplus d’eau sur la piste.

Du côté de l’hippodrome de Deauville – la Touques, Franck Le Mestre, le directeur, tient le même discours : « Nous arrosons tout le temps de nuit, donc nous ne sommes pas vraiment concernés. C'est un gazon qui doit assurer de la souplesse pour les courses. Pour ce qui est du gazon “visuel”, on arrête simplement de l’arroser. » déclare-t-il.

Sources : Ouest-France - Clara ECHARRI

redactionateprofield.com (Lucas Sanseverino)