Le bel hommage de Guillaume Sajus aux premiers greenkeepers

Dans cette quatrième et dernière partie de l'interview, Guillaume Sajus présente l'évolution du métier d'intendant avec un bel hommage aux premiers greenkeepers en France.

Article réservé aux membres Le Club
guillaume-sajus-golf-palmola-interview

Nous avons rencontré Guillaume Sajus, directeur général du Golf de Palmola situé proche de Toulouse, et, dans la première partie de son interview, il nous racontait comment il est passé d'intendant à directeur de golf et la spécificité du parcours du golf de Palmola. Dans la seconde partie de l'interview, il nous parlait de l'entretien et de la gestion de l'eau du parcours et des travaux ambitieux à venir. La semaine dernière, dans la troisième partie, Guillaume Sajus  abordait différentes thématiques comme le zéro phyto, la biodiversité et montrait l'intérêt d'avoir la double casquette diecteur-intendant pour mettre en place la transition écologique.

Aujourd'hui, dans cette quatrièmeet dernière partie de l'interview, Guillaume Sajus présente l'évolution du métier d'intendant avec un bel hommage aux premiers greenkeepers en France.

 

Comment le métier d’intendant a-t-il évolué ? 

Le métier d'intendant, c'est un métier de passionné. Je n'ai jamais rencontré un intendant pas passionné. La relation qu'un intendant a avec son parcours de golf, c'est quelque chose d'affectif. On passe beaucoup plus de temps sur notre parcours qu'avec notre partenaire ! C'est un métier merveilleux parce que l'on a une structure et on se bat tout le temps pour que ça soit la meilleure à la hauteur de nos moyens. C'est vraiment un métier passionnant qui demande beaucoup d'investissement. Un parcours de golf, c'est 365 jours par an, ça ne s'arrête jamais. 

J'ai pu évoluer comme j'ai évolué grâce au contact des anciens greenkeepers qui ont aujourd’hui plus de 55 ans. Ce sont des gens passionnés mais qui avaient vraiment beaucoup moins de moyens que nous en termes de technicité, de machines etc. Ils ont beaucoup appris à ma génération, en transmettant du bon sens et surtout de l'humilité. Le métier d'intendant est un métier de l'ombre mais plus qu'essentiel pour la bonne pérennité d'une structure golfique.

Ce sont de vrais agronomes. Ils faisaient beaucoup d'opérations mécaniques même s'ils n'avaient pas les outils adaptés et avec beaucoup de pénibilité que l'on n’a plus actuellement. J'ai beaucoup appris aux côtés de Jean-Michel Hérissé notamment. Tous ces intendants qui partent à la retraite, sont des gens qui nous ont permis de prendre goût au métier à 400% et qui nous ont appris beaucoup sur la gestion d'un golf. Ce n’est pas regardant les vidéos américaines sur la préparation de Augusta par exemple, où ils tondent en pointe avec 50 tondeuses que l’on apprendra quelque chose d'utile. La réalité d'un grand nombre de golfs français est de 5 jardiniers  pour entretenir un parcours, ne l'oublions pas. 

Les anciens greenkeepers n'avaient pas les mêmes technologies que nous et ça nous permet de nous remettre en question constamment et notamment au niveau des intrants, au niveau des produits fertilisants et tout ça. Entretenir de manière basique et ça marche tout aussi bien. Il faut revenir à plus d’agronomie et de simplicité comme ils le faisaient. C’est un retour à l’essentiel et au bon sens. 

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Sur le même thème