[Enquête] Entretien-maintenance des terrains de sport: l'enjeu de la performance - Episode 3

Publié le Vendredi 06 septembre 2019 à 12:09

Quelle que soit la discipline, la pratique du sport professionnel implique des terrains durablement en bon état, autant pour offrir les meilleures conditions de sécurité aux utilisateurs que pour assurer le spectacle. Dès lors, l'entretien-maintenance revêt un enjeu stratégique. Pour répondre aux exigences du haut niveau, les propriétaires de terrains (publics ou privés) sont amenés à recourir aux services d'une société spécialisée. L'objectif de cette enquête est d'explorer les raisons d'un tel choix : externalisation des coûts, manque de moyens humains et matériels, considérations budgétaires... Cette semaine, troisième et dernière partie de notre enquête.

Toulon_Centre_entrainement_Mediterranee_env.jpg

Pour consulter la première partie, c'est par ici.

Pour consulter la deuxième partie, c'est par ici.

Partie III : le cadre légal, administratif, contractuel

 

Suite à une modification du Code des Marchés Publics survenue en 2015, les collectivités ne sont pas tenues de procéder à un appel d’offre public pour des marchés d’une valeur inférieure à 25000€ HT. Un palier a priori trop bas pour des prestations d’entretien, qui paraît plus correspondre à des interventions ponctuelles. La passation de marchés via appel d’offres public apparaît donc comme la norme dans l’attribution des contrats d’entretien . La durée maximale des contrats passant par appels d’offres est de quatre ans. « Les appels d’offres privés existent également », ajoute Patrice Therre, gérant de Novaréa. Tout réside dans la volonté du maître d’ouvrage privé de mettre en concurrence plusieurs sociétés plutôt que d’opter pour un marché de gré à gré.

 

La durée des contrats est à géométrie variable, généralement comprise entre deux et cinq ans. Dans certains cas, notamment dans le cadre des PPP (Partenariats-public-Privé), la durée de ces contrats peut être supérieure. C’est le cas concernant le stade Pierre-Mauroy de Lille, pour lequel Terenvi a resigné en 2016 avec Vinci Stadium pour une durée de huit ans.

 

Du point de vue des prestataires, l’intérêt est d’obtenir un contrat...