Stade Levallois : un logiciel qui mesure l'ETP pour réduire l'arrosage de la pelouse

Publié le 30 juillet 2019 à 09h37

Catégorie : Pratiques

Avec les importantes montées de température du mois de juillet, nombreuses sont les pelouses des terrains de sport qui ont souffert. Du côté du Stade Francis le Basser (Laval – National), le gazon n’a pas rencontré de problèmes liés aux fortes chaleurs et au manque d’eau.

A Laval, contrairement à de nombreux autres terrains de sport, la pelouse du Stade Francis le Basser n’a pas été dégradée par les fortes chaleurs et le manque d’eau du moisde juillet. Ce résultat vient du bon travail exercé par Thierry Blanchard, intendant en chef, et de son équipe composée de 4 autres greenkeepers. Le tapis végétal a conservé sa couleur verte. Interrogé par nos confrères deFrance Bleu Mayenne,Thierry Blanchardexplique que lui et son équipe dejardiniers ont « bichonnéle gazon du Stade Le Basser et ont effectué un grand nettoyage de printemps après la fin du championnat au mois de juin« .

Pour conserver l’excellent état de la pelouse, ils ont utilisé un logiciel qui permet de calculerl’évapo-transpiration du gazon (ETP) etainsi réduire l’arrosage de la pelouse. L’antre des joueurs du Stade Lavalloisest à la pointe de latechnologie en ce qui concerne les moyens mis en oeuvre pourréduire la consommation d’eau. Ce logiciel calcule la quantité d’eau exacte pourarroser la pelouse afin de conserver sonbon état en se basant surl’indice d’évapo-transpiration. En période de chaleur, lorsque l’eau s’évapore de la pelouse, lelogiciel détermine laquantité exacte d’eau qu’il faut pour remplacer celle qui s’est évaporée.Ce logiciel permet donc aux greenkeepersd’adopter une attitude juste et raisonnée en ce qui concerne l’arrosage malgré l’arrêt préfectoral concernant la restriction d’eau.

Le Stade Lavalloissera donc prêt à recevoir, sur son tapis vert,leLe Puy Foot 43pour sont premier match de la saison enNational.

Source et photo :Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne

redactionateprofield.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites