Sport & Gazon Consulting : une nouvelle entreprise de conseil dans l’entretien des terrains de sport

Publié le 1 août 2022 à 05h00

Catégorie : Actualités

A 43 ans et après s’être pris de passion pour les pelouses sportives, Emmanuel Maggio a décidé de lancer son entreprise de conseil et formations en entretien d’espaces sportifs. 

Après plusieurs expériences dans l’entretien des espaces verts puis des pelouses sportives, Emmanuel Maggio a créé sa propre entreprise de consulting : Sport & Gazon Consulting (S.G.C). Entre conseils, formations, expertises, accompagnements et assistances en maîtrise d’ouvrage, l’entrepreneur compte transmettre son savoir sur sa passion : le gazon.

Du gazon « ornemental » au gazon sportif

Emmanuel Maggio a une certaine expérience dans le gazon. Il a débuté sur les chantiers à 14 ans via un BEPA Cultures florales option Gestion Espace Vert. Il enchaîne ensuite les expériences dans la création et l’entretien d’espaces verts au sein d’entreprises privées avant d’intégrer la fonction publique pour la ville d’Orléans. C’est à ce moment qu’il a eu un déclic. « J’ai découvert les pelouses professionnelles en 2016, et c’est très rapidement devenu ma passion. J’ai eu la chance d’entretenir les terrains de l’USO qui évoluait en Ligue 2. Nous avons pu faire des manifestations intéressantes en accueillant de gros clubs français (Monaco, Paris Saint-Germain, Rennes) ou l’équipe de France féminine pour un match de préparation à la Coupe du monde. J’y ai vécu une bonne expérience, avec une bonne pression aussi », confie-t-il.

Une image contenant bâtiment, stade

Il décide par la suite de retourner dans son Sud natal pour prendre un poste de chargé de chantiers sur la ville de Pertuis, dans lequel il aide l’équipe chargée des terrains de sport.

« Mais le milieu plus intense des stades et des pelouses me manquait, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé de lancer mon entreprise », explique Emmanuel Maggio. Son objectif est de former le personnel d’entretien des terrains sportifs, qu’ils soient amateurs ou professionnels. « Surtout avec le zéro phyto qui arrive, je pense qu’il y a une nouvelle manière de travailler à mettre en place. Mon but est aussi de faire réapprendre les bases. Que ce soit au sujet des intrants, des horaires de travail, je pense qu’on peut réapprendre à travailler », ajoute-t-il. Transmettre, c’est l’objectif principal d’Emmanuel Maggio et de S.G.C.

Formations et accompagnements

Le consultant accorde beaucoup d’importance à la formation. Et pour cause, d’après lui la demande est bien supérieure à l’offre. « Je me rends compte que certaines personnes issues des espaces verts classiques se retrouvent avec des terrains de sport à entretenir mais ne savent pas faire. Je pense qu’il y a beaucoup de demandes du côté des communes. Et le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) propose très peu de formations sur l’entretien des terrains de sport », constate-t-il.
Son activité a déjà débuté. Il a par exemple conseillé l’intendant du stade de Mallemort lors de la réception du match amical Nîmes-Bastia le 16 juillet. Après un problème d’arrosage et l’émergence de maladies fongiques une semaine avant la rencontre, Emmanuel Maggio a accompagné l’intendant face à l’imprévu. « Le but était de conseiller l’intendant en urgence, de l’accompagner le jour du match pour expliquer au club que même en travaillant bien le gazon peut avoir des maladies. Je pense que la communication est très importante et que les joueurs et le staff attendent cela. Après le match, c’est important de faire un bilan de la pelouse, pour savoir comment elle a tenu », affirme-t-il.

Une méthode qui passe par le « plan de régénérescence »

Passé par les collectivités territoriales, Emmanuel Maggio a aussi bien l’expérience de l’entretien des infrastructures professionnelles que des plus modestes. « A Orléans, il n’y avait qu’un seul budget pour l’entretien des 26 terrains. Il fallait donc bien le répartir », confie-t-il. Sur tous les terrains sur lesquels il est amené à travailler, le consultant élabore un « plan de régénérescence ». Dans un premier temps, il analyse la pelouse. Puis il fait un état des lieux des moyens mis à disposition (humains, financiers, matériels…) avant de planifier le mode d’action avec des échéances précises, dans le bon ordre, tout en respectant son crédo : « faire les bonnes opérations au bon moment ».

Réfection du terrain de Pertuis. Actions menées : tonte courte, défeutrage, regarnissage en trois passages, sablage avec un mélange contenant des graines prégermées, décompactage, fertilisation avec agent mouillant.

Visitez nos
autres sites