Le marché de l'arrosage des parcours de golf avec Pierre-Henri Fiard de Rain Bird

Publié le 26 janvier 2021 à 06h00

Catégorie : Pratiques

Pierre-Henri Fiard, Golf Manager France & Afrique du nord de Rain Bird, partenaire de la e-Green Golf Convention, a répondu à nos questions sur l’évolution et les tendances du secteur de l’arrosage des parcours de golf.

L.S : Avez-vous eu un événement important en 2020 sur le marché du golf (lancement de produits importants sur 2020, développement important d’un type de matériel, etc) dont vous souhaitez nous reparler ?

PH. F : Si nous parlonsd’événements plutôt liés à l’innovation, nouspérennisionsune technologie que nous avons développée il y a dix ans de façon très positive puisque nous avons la confiance du réseau, que ce soit au niveau des installateurs ou des golfs. Il s’agit de la technologie IC qui est très innovantepar rapport ce que nous avionspu développer auparavant et par rapport à nos concurrents. Quand un golfenvisageune rénovation,9 fois sur 10, il choisit cette technologie-là.L’ADN de Rain Birdest de privilégier la rétro compatibilité de nos produits. Chaque innovation, que ce soit un arroseur ou un logiciel, va êtrepensée et conçue pour êtrerétrocompatible avec le produit qu’il remplace.

Pour illustrer cela, nous avons sorti en juin 2020 une nouvelle gamme d’arroseurs «752». Ils remplacent la gamme «751» sortie en 2010, qui remplaçaient eux-mêmes la gamme «750»,développéedans les années 90. Les différences entre chaque gamme se jouent sur la performance, la robustesse et la maintenance de l’arroseur.

L.S : Il y a eu beaucoup de gros travaux d’arrosage entrepris dans les golfs avec les différents confinements. Avez-vous été fortement impacté en 2020 sur le marché du golf et quelles sont vos prévisions sur 2021 ?

PH. F : Pourremettreles choses dans leurs contextes, il y a plusieurspointsà prendre en compte. En France, la plupart des golfs se sont construits dans les années 90, le réseau d’arrosage aussi. Les golfs ont compris cela et sont en train de rénover leur système d’arrosage car il y a des besoins énormes. L’arrivée du Covid et le premier confinement ont stoppé net la réflexion pour les golfs qui se questionnaient sur la rénovation de leur système d’arrosage. La pandémie a également stoppé net le jeu pour les golfeurs et donc les recettes des golfs. Il y a eu un manque à gagner important qui a eu un impact sur notre métier. Le déconfinementde l’été a permis aux golfs derenflouer leur trésorerie. Cela à créer un engouement et je suis confiant pour 2021.

L.S : Peut-être un gros chantier dont vous voulez nous parler ?

PH. F :Nous terminons aujourd’hui unimportantchantierau Golf d’Aix-Marseille. Les travaux sont réalisés parArrosage System. Ils font une rénovation totale des 18 trous du parcours avec pour maître d’œuvredu projet : K Consult. Une fois la copie rendue, le golf va bénéficier d’un système d’arrosage optimisé.Les gros consommateurs d’eau tels que les parcours de golf peuvent, lors d’une rénovation du système d’arrosage, solliciter les agences de l’eau pour bénéficier de subvention en montant un dossier. C’est ce qu’il s’est passé avec le Golf D’Aix-Marseille car la rénovation leur permet d’améliorer et d’optimiser l’arrosage du parcours et donc de réaliser des économies en eau en apportant la bonne goutte d’eau au bon endroit et au bon moment.

L.S : Quelles ont été vos grandes références ?

PH. F : Nous avons réalisé une quinzaine de rénovations totales qu’elles soient par étapecomme le Golf de Mortemart où nous construisonstrois ou quatre trous par anpour éviter de tropse pénaliser pendant l’hiver ou de pénaliser le jeu, où qu’elles soient complètes. Dans les rénovations qui sont également très intéressantes, nous avons celle duGolf de Thiverval Grignon situé en région parisienne. C’est une construction qui a débuté fin 2019 et qui va se terminer en 2021. Ils ont construit le golf sur une décharge de produits inertes tels que des remblais. Ils ont façonné une montagne et ont permis de répondre à une demande très présente dans ce secteur géographique.Dans un autre style, la rénovation des golfs très privésde Morfontaine et Joyenval sont des références importantes. C’est aussi le cas de golfs plus commerciaux comme Gujan Mestras, Saint Laurent, St Etienne ou Rochefort Océan.

L.S : Avez-vous des lancements de nouveaux produits pour 2021 ?

PH. F : Après le lancement de la nouvelle gamme d’arroseurs 752,La grosse innovation en 2021 sera une nouvelle plateforme de gestion centralisée que nous allons sortir au courant2021. Il s’agit d’une plateforme connectée innovante et convivialede gestion centralisée de l’arrosage qui permettront aux intendants de mieux maîtriser leurs systèmes d’irrigation depuis leur ordinateur, leur tablette ou leur smartphone.

L.S : Quelles vont être les grandes évolutions de concept de produits d’arrosage auxquelles nous allons assister dans les 3 années à venir ?

PH. F : Je pense que cela va se jouer au niveau des plateformesde gestion centralisée, comme je l’ai évoqué précédemment, qu’ellessoient complètement interactives et au niveau des formations à distance. Nous devons de plus en plus être présents dans la maintenance à distance pour aider les greenkeepers à résoudre les différents problèmes qu’ils pourront rencontrer.

L.S : Comment intégrez-vous les restrictions d’eau de plus en plus nombreuses dans votre stratégie ?

PH. F : Dans les années 90, une installation de golf,c’était 200 arroseurs. En 2021, il faut compter entre 700 et 1000 arroseurs. Cela peut paraitre paradoxale, mais la qualité et la précision d’arrosage augmente avec le nombre d’arroseur. Lerecoupement, qui n’était pas une priorité dans les années 90, permet une meilleure homogénéité d’arrosage et une diminution des durées de fonctionnement et de réduire de manière importante les consommations d’eau. La formation des utilisateurs va aussi permettre d’importantes économies.

L.S : Avez-vous un message particulier pour les intendants de golf en ce début d’année ?

PH. F :Restez prudents. Cependant, il faut garder son optimisme et son pragmatisme. Il faut parfois savoir revoir ses projets et ses investissements à la baisse sans pour autant les négliger car à force de toujours tout reporter,les golfs se retrouventacculés avec des coûts liés aux pièces détachées et au SAV qui dépassent finalement les coûtsmaitriséssur plusieurs années.Enfin, je veux rendre hommage aux équipes d’entretien qui font des prouesses au quotidien pour entretenir et faire vivre leur parcours.

Vous pouvez découvrir ces produits dans le Digital Showroom de la e-Green Golf Convention en cliquantici.

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites