Cimetière américain de Normandie (1/4) : Un sol sportif engazonné un peu particulier

Publié le 24 juin 2022 à 05h00

Catégorie : Pratiques

Responsable opérationnel et technique à l’American Battle Monuments Commission, Olivier Gassion présente dans ce premier épisode les particularités de l’entretien du cimetière américain de Colleville-sur-Mer.

Le cimetière américain de Normandie est situé à Colleville-sur-Mer (Calvados), sur une falaise surplombant les 8 km de la plage d’Omaha Beach, plage la plus célèbre (mais aussi la plus meurtrière) du débarquement des Alliés le 6 juin 1944.

Ce lieu de mémoire est géré par l’American Battle Monuments Commission (ABMC), une agence indépendante du gouvernement des États-Unis créée en 1923 pour s’occuper de l’entretien des monuments et cimetières militaires américains situés sur et hors du territoire des États-Unis. Au total, l’ABMC gère 26 cimetières américains permanents et 30 mémoriaux, dont 11 cimetières et 13 monuments en France, avec un effectif d’environ 400 salariés. Si le siège de l’ABMC se situe à Arlington en Virginie, son Bureau des opérations extérieures (« Overseas Operations Office ») est situé, lui, en France, à Paris.

1 à 2 millions de visiteurs par an

Depuis une vingtaine d’années, notamment à la suite de l’engouement du film “Il faut sauver le soldat Ryan”, la fréquentation du cimetière américain de Normandie n’a cessé d’augmenter. Un à deux millions de visiteurs s’y rendent ainsi chaque année pour se recueillir sur les 9381 croix blanches où sont enterrés les « Américains morts à la guerre, dont la plupart perdirent la vie lors du débarquement du D-Day et de la Bataille des Haies qui suivit. 1557 soldats portés disparus au combat, disparus ou inhumés en mer sont également représentés » (comme l’explique l’ABMC sur son site internet).

Cette fréquentation très importante associée à la proximité de la mer génèrent des contraintes particulières pour l’équipe de 27 personnes chargée de son entretien. Sans compter la pression médiatique et les nombreuses cérémonies officielles. Olivier Gassion, le responsable opérationnel et technique à l’ABMC depuis 25 ans, détaille dans cette vidéo les similitudes avec les sols sportifs mais aussi les particularités de ce site unique :

Retrouvez la suite de ce reportage ICI.

Visitez nos
autres sites