La biodiversité au Golf Club d'Esery Grand Genève et le message de Norbert Amblard à ses confrères

Publié le 14 juin 2021 à 06h00

Catégorie : Pratiques

Nous avons rencontré Norbert Amblard, le greenkeeper du Golf Club d’Esery Grand Genève, pour une interview exclusive. Voici la troisième partie où il donne les ambitions du golf en ce qui concerne le travail avec la biodiversité. Le greenkeeper en profite pour faire passer un message à tous les acteurs de la filière.

Après lapremière partieet ladeuxième partiede son interview, Norbert Amblard explique dans cette troisième partie la démarche environnementale dans laquelle est entré leGolf Club d’Esery Grand Genève dont il a obtenu la labellisation « argent » duProgramme Golf pour la Biodiversité. Ilvise maintenant à obtenir la labellisation « or ». Il explique que les surfaces de jeu, à l’exception des greens, sont entretenues sans produitphyto. Ensuite, le greenkeeper parle du climat dans lequel se situe le parcours qui permet de le préserver car il y a encore de « vrais hivers contrairement au reste de la France« . Cependant, le climat a changé depuis 10 ans suite à son réchauffement et cela a entrainé l’apparition de graminées estivales essentiellement digitaires ce qui change le quotidien des greenkeepers et leur vigilance.

Enfin, Norbert Amblard passe un message à tous les acteurs de la filière où il souhaite, qu’ensemble, ils avancent dans la même direction. Il encourage ses confrères à continuer de se former, en plus de leurs connaissances,et de bien communiquer tous ensemble.

Il donne également son avis sur la mise en placed’un jour de fermeture des golfs pour la réalisation de certaines opérations qui, pour lui, est obligatoire. Les confinements ont été très révélateurs sur le gain de rentabilité de certaines opérations dont la tonte. Cette vision rejoint celle de Raymond Garouste, superintendant du golf d’Ascona et celle de Stéphane Rouen, gérant de GK Consult, qui avaientrappelé lorsde la conférence « les travaux mécaniques, nécessité ou fausse bonne idée ? », dont l’intégralité de la vidéo est disponible dans cet article, que le travail mécanique, plutôt que de répondre à une routine répétée indéfiniment et sans discernement, doit faire l’objet d’une réflexion poussée. Et pour en tirer le meilleur, la fermeture hebdomadaire des clubs serait la solution à la fois la plus simple, efficace et économique !

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites