Le Golf de la Chassagne : un parcours atypique intégré de manière naturelle au cœur de la nature

Publié le 23 mai 2019 à 15h19

Catégorie : Pratiques

« Very challenging course » voilà comment est qualifié le parcours du Golf de la Chassagne en référence à sa typicité et sa technicité. Sébastien Rance, co-gérant de ce Golf avec son père Philippe, revient sur la façon dont ils ont « intégré de manière naturelle le parcours au cœur de la nature ».

Après nous avoir racontél’histoire de la création du Golf de la Chassagne,Sébastien Rancenous présente les caractéristiques et l’entretien de ce parcours qualifié de « very challenging course » par les Anglais pour décrire sa typicité et sa technicité.

Ouvert en 2011, ce parcours dispose aujourd’hui de 16 trous construits dont 13 sont actuellement jouables.Mais d’ici à deux mois, les joueurs pourront découvrir les trois trous supplémentaires qui ont été construits récemment.L’objectif est de proposer deux formules 9 trous dont une a déjà son tracédéfinitif, etdepuis 2015, avec l’autorisation de défricher, quatre troussupplémentaires ont ouvert.

Dans cette interview, Sébastien Rance revient également sur la gestion et l’entretien de son parcours avec son équipe très polyvalente. Composée de quatre personnes, cette équipe gèrel’entretien du parcours mais également sa création.Lors de laGreen Golf Convention 2018,nous avions d’ailleursrencontré Adrien, »qui sera amené, s’il le souhaite, à prendre la direction de ce parcours à terme« .

Le parcours se situe sur un sol naturel grossier, superficiel et très pauvredont le terrain est caillouteux.Les substrats utilisés sont naturels en grande partie, sauf pour les greens,qui bénéficient d’un apport, constitué de beaucoup de sable et d’un petit peu de terreau. Depuis 2015, avec lasécheresse due au réchauffement climatique,Sébastien nous confie qu’ils ont été forcés derevoir leur façon d’entretenir leur parcours, surtout au niveau de l’arrosage.

« Au départ, l’idée était de faire un golf où seuls les greens et les départs seraient arrosés mais, lors de la sécheresse de 2015, les fairways ont « cramé ». Relabourer ces zones de jeu, les ressemer et redétruire les mauvaises herbes n’avait rien d’écologique. Maintenant, à chaque nouveau trou que nous construisons, nous prévoyons un système d’arrosage sur les fairways afin d’avoir un gazon durable et non pour que le parcours soit vert« .

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites