La Fédération veut imprimer une « transition écologique » des golfs

Publié le 5 mars 2020 à 06h00

Catégorie : Actualités

Au cours de la prochaine décennie, la Fédération Française de Golf entend mettre en valeur l’ensemble de ses actions en faveur de la biodiversité, de l’environnement, mais aussi de la formation des intendants, à travers un programme global, basé sur le volontariat du monde du golf dans sa globalité (salariés, golfeurs, clubs).

La Fédération Française de Golf a entériné son programme « Golf 2020-2030 – Réussir la transition écologique du golf », un peu dans la lignée du programme « Golf Course 2030 » du Royal & Ancient, mais qui, selon Emilio Vichera, Président de l’Agref, vise en fait à « mettre en lumière » les différentes actions d’ores et déjà menées par la fédération,avec la participation active de l’Agref et de l’Institut Ecoumène Golf&Environnement :

« Nous savions que les golfs étaient des espaces de préservation pour la faune et la flore en adéquation totale avec nos pratiques de gestion de l’entretien et nous avons pris conscience qu’il fallait le démontrer. C’est ce qui a été fait à travers le Programme National d’Études de la biodiversité des golfs français en partenariat avec le Muséum National d’Histoire Naturelle. Mais dorénavant, par une vision de gestion d’entretien orientée et avec l’aide des scientifiques du Muséum, nous nous efforcerons d’aller au-delà de cette préservation ; les golfs pourraient éventuellement accueillir des espèces menacées. »

Le programme 2020-2030 s’articulera autour de sept axes forts :

valoriser biodiversité, l’intérêt écologique des golfs, notamment à travers le label « Golf pour la biodiversité » ;
gérer les ressources en eau, notamment leur répartition;
promouvoir l’entretien environnemental des parcours de golf (notamment par la substitution systématique des traitements phytosanitaires par des produits alternatifs lorsque cela est possible, mais aussi un travail mécanique encore plus raisonné) ;
mettre en avant les modules spécifiques de formation proposés par l’Agref, ouverts à tous les salariés du gazon ;
inciter à la réduction de l’empreinte carbone des golfs et à l’utilisation d’énergies renouvelables (par l’utilisation de matériels hybrides ou 100% électriques, le recours à l’énergie solaire…) ;
favoriser la gestion des déchets à travers une économie circulaire ;
construire un modèle économique et social responsable.

Pour mettre en valeur ce programme, qui fera l’objet d’une charte, la FFGolf devrait créer une direction ad hoc, à grands renforts de moyens humains (en s’appuyant et en incluant toutes les compétences techniques spécifiques aux gazons naturels) et financiers (notamment via du mécénat). Un comité de pilotage se réunira au moins deux fois par an pour faire le point sur l’évolution du programme, notamment de sa charte et de son adoption par les golfs (sur la base du volontariat).

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Idir Zebboudj)

Visitez nos
autres sites