Gianni Casini : "Quand tu es intendant, tu es toujours stressé, c'est normal et tu le sais … autrement tu ne fais pas ce boulot !"

Publié le 10 mars 2020 à 06h00

Catégorie : Pratiques

« Le métier d’intendant est-il stressant ? » Nous avions posé cette question à différents intendants et cette série de tribunes vise à comprendre dans quelles conditions travaillent les principaux acteurs de ce secteur. Cette semaine, nous vous proposons l’avis de  Gianni Casini, l’Head Groundsman de l’Allianz Riviera.

Le métier d’intendant est-il générateur de stress ?

Quand tu es intendant, tu es toujours stressé, c’est normal et tu le sais … autrement tu ne fais pas ce boulot. Nous ne savons pascomment nous allons le gérer. Il nous apporte plus de motivation et il nous permet d’être plus attentif aux petits détails. C’est ce que j’aime. J’ai travaillé en Angleterre pendant deux ans, en Italie avec des Anglaiset j’aime bien cette mentalité anglaise. Ils font attention aux petits détails et c’est quelque chose que nous devons prendre de chez eux.

Quel est votrerapport avec les joueurs et le staff de l’OGC Nice ?

Nous avons amélioré notre rapport avec les joueurs et surtout avec le staff physique. J’échange beaucoup avec les coachs physiques, il y a une très bonne entente depuis l’année dernière. Tous les matins nous parlons des terrains du centre d’entraînement. J’essaye de toujours écouter leurs besoins en sachant, qu’au centre d’entraînement, nous avons des terrains très différents : des terrains fibrés, des terres-sables plus ou moins vieux, des graminées différentes, etc. C’est pas évident de gérer le centre d’entraînementde Nice. En plus, nous sommes en train de passer en bermuda (comme nous en parlions dans cet article) et la permutation sur les terrains n’a pas encore été faite. J’essaye de toujours être à leur disposition et, en cas de problème, j’essaye d’être réactif en trouvant des solutions. Je veux continuer sur ce bon rapport que j’ai avec les coachs.

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Retrouvez les avis d’autres spécialistes concernant cette tribune :

Les 48h du Gazon Sport Pro : la gestion du stress en débat

Stress au travail: repérer les signes avant-coureurs de burn out

Lucas Pierré, superintendant du Golf National : « il y a 50% de notre métier que nous ne maîtrisons pas … »

Les grands golfs sont « no limit » au niveau de l’entretien

Visitez nos
autres sites