[Débats d'idées] Gianni Casini, Head Groundsman de l'OGC Nice : "je crois que c'est impossible de faire du zéro phyto sur un stade, par contre …"

Publié le 20 février 2020 à 06h00

Catégorie : Paroles d’experts

Pour poursuivre notre série de tribunes « zéro % phyto, 100% mytho? », voici cette semaine la réponse de Gianni Casini, Head Groundsman de l’OGC Nice.

Nous avons interrogé Gianni Casini, Head Groundsman de l’OGC Nice, dans le cadre de notre série de tribunes sur la thématique du « zéro % phyto, 100% mytho?« . La réponse est plutôt claire : « je crois que c’est impossible de faire du zéro phyto sur un stade où tu joues les matches une fois par semaine, voire plus avec les différentes coupes…« . Pour Gianni Casini, cette difficulté de travailler sans utiliser de produits phytosanitaires résulte de l’exigence en terme de qualité et de visuel instaurée par les différentes instances telles que « la télé, les joueurs, etc.« .

Il a d’ailleurs rencontré quelques difficultés cet été puisque l’Allianz Riviera a été attaquée par lapyriculariosedont Gianni Casini nous relatait l’épisode dans cet article.

Cependant, ce travail est possible sur les terrains d’un centre d’entraînement, à condition « de changer les graminées … surtout dans le Sud à France…« . Lui qui travaille à Nice explique qu’il ne faut pas « généraliser mais le Sud de la France, même si à Paris il y a eu 40 degrés, a connu des difficultés durant la nuit, pendant un mois voire deux mois. Nous avons eu des températures qui n’ont pas baissé et qui n’ont pas puatteindre les 20-25 degrés. Nous avons parfois eu une période de quatre à cinq semaines il faisait 28-29 degrés durant la nuit. C’est normal que pendant l’été, en journée, il fasse 33, 34 , 35 degrés mais la nuit, le gazon a besoin de respirer et, avec ces températures élevées en soirée, les racines du gazon ne peuvent pas se régénérer et cela est très embêtant« .

Pour faire face à ces différents problèmes, Gianni Casini avait décidé de mettre en place des terrains en bermuda sur des terrains fibrés« dont les résultats sont magnifiques, en sachant que cela fait plus d’un an que nous ne faisons pas de traitements chimiques » expliquait-il dans cet article.

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Retrouvez les avis d’autres spécialistes concernant cette tribune :

Alain Dehaye: « Si tous les acteurs de la filière jouent le jeu sans hypocrisie, on pourra progresser »

Alain Dehaye: « Faire du «zéro pesticide» est encore aléatoire pour garantir une efficacité totale sur l’année »

Louis Vandenborre,greenkeeper au Golf de Bressuire : « Le regard vis-à-vis des « phytos » a changé »

Romain Giraud, Natural Grass: «Le manque de connaissance sur certains nouveaux pathogènes rend difficile le contrôle des épidémies»

Joël Carol, greenkeeper du Golf de Falgos : « Le problème est avant tout un problème de comportement et de mentalité »

Romain Giraud, Natural Grass: « Le Zéro phyto est incompatible avec la qualité exigée actuellement »

Lucas Pierré, Golf national: « Le Zéro phyto, il faut s’y mettre dès maintenant »

François Brouillet, Président d’Hydraparts : « Acquérir la culture de la mesure pour mieux anticiper »

Laurent Princep, Greenkeeper du Golf de la Grande Motte : « Le zéro phyto peut être une réalité, à condition de ne rien imposer aux greenkeepers »

Visitez nos
autres sites