Comment faire face à l'explosion du prix des engrais ?

Publié le 9 décembre 2021 à 06h00

Catégorie : Pratiques

Le prix des matières premières ne cesse d’augmenter depuis quelques semaines. La forte demande liée au redémarrage de l’économie mondiale post-Covid associée à la la hausse du cours du gaz, impacte la production et pourrait augmenter les prix de façon considérable. Certains greenkeepers et collectivités territoriales parlent d’une pénurie dès cet hiver.  Comment anticiper cela ? Marc Ribeyron, Responsable du développement chez ICL Fertilizers, et Stéphane Grolleau, chef de Marché Espaces verts chez Compo Expert, nous donnent leur avis sur le sujet.

Cela va faire plusieurs semaines que l’on observeune envolée des prix des coûts des matières premières et plus fortement de l’azote. Cette hausse découle de l’augmentationdes tarifs du gaz qui permet de créer et transporter les engrais. Nous entrons dans une phase où il y a une demandeanormalementélevée.

De ce fait, l’offre se limite à la capacité des usines qui tournent à plein régime afin de faire face au mieux à cette situation atypique entrainant des délais supplémentaires.

Si l’on observe les cours des engrais azotés, ils explosent depuis le mois de septembre. Par exemple, la solution azotée et l’ammonitrate à 33,5%, qui sont les plus utilisés en France, ontvu leurstarifs tripler puis doublerpar rapport au début de l’année. Quant au gaz, son prix a été multiplié par quatre en Europe. Certaines usines tournent cette énergie et ont donc ralenti voire stoppé leur production, ce qui rend les ressources de moins en moins disponible

Beaucoup d’agriculteurs et certains greenkeepers ont retardé leurs commandes.

Nous avons interrogéMarc Ribeyron, responsable du développement chez ICL Fetilizers, qui nous apporte quelques éclaircissements sur le sujet.

« La demande en engrais augmente de façon générale en raison de la situation extrêmement volatile des marchés et de l’augmentation constante du coût desmatières premières et sans réelle visibilité, il est désormais très difficile de garantir la validité des prix et tenir les délais habituels. Le marché a eu connaissance de cette information, ce qui a pour eu pour effet de créer une demande très forte pour cette fin d’année. Anticiper dès maintenant et tout au long du 1ersemestre 2022 s’est s’assurer d’avoir à disposition les intrants nécessaires en temps et en heure et se prémunir au mieux des conditions haussières. »

Nous lui avons demander si nous allons nous diriger vers unepénurie?

« Il y a un double risque. Celui de ne pas pouvoir fournir les utilisateurs à temps dans les mois à venir mais également de devoir le faire à des prix plus élevés. Cependant, je tiens à mettre en garde les usagers. Il ne faut pas non plus trop s’alarmer comme nous pouvons le voir pour d’autres produits de type alimentaireoù certains les ont dévalisés en anticipant les approvisionnements de façon exagérée. »

Est-ce qu’il y a d’autres problématiques à cela ?

« Je pense que certains utilisateurs, comme les golfs, et les intendants du privé vont pouvoir anticiper cela. Mais ça va être plus difficile pour d’autres comme les collectivités territoriales qui fonctionnent sous appels d’offres et qui se doivent d’attendre que les budgets soient alloués. »

Les agriculteurs n’ont donc aucune garantie d’être servis à temps.Beaucoup de coopératives ne prennent plus de commandes d’azote que pour les adhérents avec lesquels elles travaillent de façon construite et suivie dans le temps.Autrement dit, la priorité est donnée aux plus fidèles.

Certains parlent d’un risque de sous-fertilisationgénéralisée au printemps dans l’agriculture. A voir ce qu’il en sera pour les terrains de sports engazonnées de grande envergure.

Nous avons également contacté Stéphane Grolleau, chef de Marché Espaces verts chez Compo Expert, qui nous donnent également des éclaircissements sur la situation.

Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’une problématique mondiale où les flux d’engrais sont totalement perturbés avec la flambée des matières premières, la décision de certains pays de stopper leurs exportations ce qui fragilise d’autres pays qui avaient l’habitude de se fournir chez eux, ou encore la décision de certaines entreprises d’arrêter de produire leurs engrais pour ne pas prendre le risque de fabriquer à des coûts plus élevés que leurs prix de vente

Si l’on prend l’exemple de votre société, comment allez-vous vous adapter ?

COMPO EXPERT a fait un choix différent en augmentant notre rythme de production pour pouvoir livrer nos clients ce qui est notre priorité, quitte à ce que nous fassions un effort conséquent sur nos marges car dans une telle situation, chacun doit faire des efforts pour limiter les impacts sur les prix. De plus, en ayant fait le choix d’investir sur notre propre usine d’engrais à libération lente, nous sommes autonomes et ne dépendons pas d’entreprises tierces pour produire nos engrais pour les terrains de sport, les golfs, les espaces verts. Ceci est très important car le marché espaces verts est tout petit par rapport au marché agricole, ce qui peut expliquer les problèmes de pénurie depuis plusieurs semaines car certaines usines se recentrent sur ce qui est le plus important pour elles.

Le marché des terrains de sports et des espaces verts prend-il une place importante dans votre activité ?

Chez COMPO EXPERT, les espaces verts représentent 50% de notre activité en France, vous comprendrez bien que les golfs, terrains de sports et autres espaces vert sont au cœur de nos préoccupations. C’est aussi pour cette raison que nous avons investi dans notre propre outil de fabrication ce qui nous a permis d’innover énormément depuis 5 ans mais aussi d’être en capacité aujourd’hui de livrer nos clients espaces verts.

Comment voyez-vous le marché évoluer et que conseillez-vous aux intendants ?

Mais dans l’état actuel des choses, avec un contexte qui évolue à vitesse grand V tous les jours, il est très difficile de se projeter sur ce qui pourrait se passer , au moins jusque juin 2022. Le meilleur conseil que je puisse donner aux intendants, est de se sécuriser eux-mêmes en ne tardant pas à anticiper leurs achats sur cette fin d ‘année 2021 ou tout début 2022, et ce , au moins pour le 1ersemestre de l’année prochaine

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites