Découverte du club de football le plus écologique du monde

Publié le 3 septembre 2019 à 14h41

Catégorie : Actualités

Racheté par Dale Vince, fondateur d’Ecotricity, pionnier de la fourniture d’électricité 100% verte, le FC Forest Green Rovers (League Two – D4 anglaise) a été désigné par la FIFA « club le plus écologique du monde ». Gazon certifié bio et vegan, proscription des fongicides, arrosage avec de l’eau recyclée, etc. Découvrez toutes les stratégies d’entretien de la pelouse mises en place.

Le FC Forest Green Rovers (League Two – D4 anglaise) a été distingué par la FIFA comme étant le club le plus écologique du monde. Nos confrères de L’Équipesont allés à la rencontre de Dale Vince, fondateur d’Ecotricity,la première compagnie d’électricité 100% verte du monde, où il explique que d’importantes stratégies sont mises en place pour préserver l’environnement. Les Rovers évoluent sur une pelouse certifiée bio et vegan, où du fumier de vache y était épandu auparavant par les jardiniers comme l’explique Adam Witchett, le jardinier en chef :

« Mais nous avons rapidement arrêté. Le club est vegan, il était donc normal que la pelouse lesoit aussi et que nous n’utilisions plus de matière animalepour lafertiliser. La pelouse estnaturelle et basique. Elle vient d’un endroit situé à deux heures de route d’ici. Ça change des pelouses des autres clubs anglaisqui peuvent venir d’autres pays européens et parcourir des milliers de kilomètres !« .

De plus, les fongicides sont proscrits pour la raison suivante :

« Ils empoisonnent l’environnementet présenteraient également un risque pour la santé. Ce problème, énorme dans l’agriculture,est moins important avec les terrains de foot puisque les dimensions et les quantités sont moindres. Mais c’est important d’apporter sa contribution ».

Le jardinier en chef préfère recourir à la vie microbienne pour entretenir son gazon puisquedes bactéries sont injectées directement dans le sol.

« Cela permet de créer et de développer la vie organique. J’utiliseaussi un peu d’azote comme engrais. Après, je laisse faire la nature. Il y a beaucoup de vent ici, de la lumière naturelle, tout cela me permet d’avoir une aussi belle pelouse ».

Dale Vince, le propriétaire du club et fondateur d’Ecotricity rajoute :

« Comme nous proposons une alternative,tout ce que nous offrons doit être aussi bon, voire meilleur, que ce qui se fait ailleurs. Notre terrain doit être aussi beau que dans les autres stades. C’est pareil avec la nourriture. Il ne faut pas que les gens aient l’impression que vivre de façon respectueuse de l’environnement est une contrainte. Il faut que ce soit une meilleurefaçon de vivre« .

En effet, Dale Vince a gagné son pari avec la nourriture puisqu’ici, tout est vegan. Notamment pourlegazon, car il s’agit d’undes plus beaux du Royaume-Uni. Concernant la tonte, un robot tondeuse – made in France- de La société Etesiapasse sur la pelouse du Stade des Rovers. Il estalimenté par un panneau solaire cinq jours avant chaque match. L’arrosage est effectué avecde l’eau recyclée qui est directement récupéréesous le terrain et estensuite dirigée dans une cuve située quelque part dans le New Lawn.

« Une pale alimentéepar un panneau solairefait tournerl’eau toutes les quatre heures pour éviter qu’elle stagne et croupisse » comme l’explique Witchell.

Toutes ces décisions ont permis au club d’être nommé comme le club étant le plus écologique du monde par la FIFA. Elles ont également permis auclub, depuis deux saisons, de réduire considérablement ses émissions de gaz à effetde serre. Il s’agit de l’unique club sportifau monde à présenter un bilan carbone neutre. Dale Vince explique que :

 » L’année dernière, nous avons intégré un programme de l’ONU, très simple, qui se fait en trois étapes. Un : mesurer son empreinte carbone. Deux: la réduire autant que possible. Trois: participer à un programme pour compenser ses émissions. Nous connaissions déjà notre empreinte, nous l’avions déjà réduite et nous savions ce qu’il restait: 200 tonnes (de Co2). Nous avons financé l’achat de petites éoliennes en lnde. À l’avenir, le club et ma société vont acheter des terres en Angleterre, que nous rendrons à la nature en pratiquant notamment la reforestation « .

De plus, il a également été invité à la COP 24 (qui s’est tenue en 2018 à Katowice, en Pologne – ndlr) sur la question du sport et de l’environnement, où il a été désigné « champion du climat » par l’ONU pour le développement duprogramme « Sport for Climate Action ».

« Le but est d’engager les organisations sportives et clubs de tous les sports dans la lutte contre le réchauffement climatique ; les aider à devenir plus verts et à sensibiliser les fans de sport, qui se comptent par milliards dans le monde. Si nous pouvions les intéresser, ne serait-ce qu’un peu au changement climatique, ça pourrait faire une différence énorme. Ma porte est ouverte à tous les dirigeants intéressés. Écrivez-le ! « .

Enfin, il est à la tête d’un projet depuis quatre ans qui consiste en la construction d’Eco Park, un stade de 5 000 places dont la conception serait presque entièrement réalisée à partir debois et dessinée par le célèbre cabinet d’architectes Zaha Hadid Architects. Mais pour l’heure, le projet est suspendu…

redactionateprofield.com (Lucas Sanseverino)

Source :L’Équipe

Visitez nos
autres sites