Le premier carottage sur la technologie GrassMaster

Publié le 26 janvier 2022 à 06h00

Catégorie : Pratiques

Il y a quelques mois, les équipes de Romain Andreac, Head Groundsman chez Parcs et Sports au Stade Ernest-Wallon, l’antre des joueurs du Stade Toulousain, ont réalisé quelques opérations mécaniques pour extraire de la matière organique en décomposition. Il s’agissait d’un carottage et c’est la première fois que cela arrive. Explications …

Il y a quelques années, le Stade Toulousain avait opté pour un terrain hybride avec la Technologie GrassMater de Tarkett Sport. Cette volonté a été menée par la sollicitation accrue du Stade Ernest Wallon puisque,en plus desrencontres de l’équipe Hommes du Stade Toulousain, l’enceinte accueille également plusieurs rencontres de l’équipe Femmes, ainsi que celles du Toulouse Olympique XIII.

Pour ce faire, le club avait sollicité les services d’Alain Dehaye, expert gazon et gérant des Ateliers du Golf, en qualité d’assistant à la maîtrise d’ouvrage pour effectuer un suivi la première année.L’une des principales préconisations de l’expert : le recours à un substrat renforcé à l’aide de fibres synthétiques, afin d’améliorer la résistance du couvert végétal à l’arrachement, au poinçonnement et autres forces de cisaillement. C’est pour cela que le systèmeGrassmasteravait été retenu, et c’estParcs & Sportsqui s’est chargé de la mise en œuvre de ce substrat renforcé. Pour Alain Dehaye, le recours àune entreprise d’entretien-maintenancedisposant de gros moyens humains et matériels était incontournable.

Il y a quelques mois, face à cette surexploitation du stade, les équipes de Romain Andreac, Head Groundsman chez Parcs et Sports au Stade Ernest-Wallon, ont réalisé des travaux pour extraitre le feutre présent sur le couvert végétal. L’intendant a réalisé le premier carottage sur la technologie hybride GrassMaster etnous explique comment se sont déroulés ces travaux et quel bilan il en retient :

La dernière opération en date que nous avons réalisé a étéle carottage avec un ProCore® de chez Toro. A la base, je souhaitais mettre en place une KORO® Field TopMaker avecune dent sur 2 ou 3 pour se débarrasserdufeutremais cela est trop large et nécessitede gros travaux avec une logistique plus lourde par rapport au matériel dont je dispose. Avec le ProCore, nous sommespassés à trois reprises avec des louchets de 16mm de diamètre à une profondeur de 2.5cm, c’est le réglage minimum du ProCore et maximum que l’on pouvait mettre en place pour extrairela matière organique en décomposition qui s’est accumulée sur la surface du sol et qui représentait une épaisseur moyenne de deux cm, et pour ne pas endommager l’installation. L’idée était de pouvoir travailler en limitant l’impact de ses opérations pour ne pas stopper le jeux sur le terrain au moins pour lesCaptain’sRun, les matchs et mises en places. Nous avons en suite ramassés les carottes puis semé et sablé.

Le Stade Toulousain se veut de devenir précurseur en trouvant de nouvelles méthodes pour l’entretien des surfaces hybrides. Chaque année on essaye d’avoir une nouvelle vision. Le bilan de ce carottage est très positif trois mois après cetteopérations. Nous avons eu de bons retours.

Crédit photos : Romain Andreac

redaction.gsph24atprofieldevents.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites