Un amendement proposé par la FFG et une visite technique sur un golf avec le Sénateur Labbé

Publié le 5 juillet 2021 à 05h00

Catégorie : Actualités

La Fédération Française de Golf (FFG) a proposé un amendement élaboré pour modifier celui déposé par le Sénateur Labbé au Sénat pour le Projet de loi « Lutte contre le dérèglement climatique ».

La Fédération Française de Golf a proposé une modification de l’amendement Labbé n°835 car elle estime que « cet amendement est contreproductif et viendrait ruiner les efforts de toute la filière et des très nombreux utilisateurs d’engrais de synthèse, du monde sportif en particulier.« .

Cet amendementLabbé n°835 s’inscrit dans le Projet de loi « Lutte contre le dérèglement climatique » du Sénat. Il vise à interdire la commercialisation et l’utilisation des engrais de synthèse pour l’entretien des espaces verts hors vocation agricole. Pour pouvoir utiliser ces produits, il serait possible de demander une dérogation stricte mais « mal définie en même temps est prévue pour les équipements sportifs« , selon la FFG qui explique « qu’au-delà du golf et de ses 800 000 pratiquants, ce sont les sports sur gazon et tous les espaces verts en général qui sont menacés. Cette proposition est d’autant plus choquante qu’il n’y a eu aucune concertation en amont avec les acteurs du secteur, ni même avec le Ministère des Sports ». La fédération a dresséun état des lieux précis de l’impact des engrais de synthèse et des solutions alternatives qui représentel’objet de l’amendement élaboré par la FFG. Elle a expliqué que les engrais de synthèse à libération lente ou progressive sont des alternatives clefs pour prévenir et lutter contre les maladies du gazon. Ils comprennent parfois des biostimulants etsont administrés par des professionnels experts qui ont des connaissances de plus en plus fines sur les paramètres connexes (ensoleillement, pluviométrie…) afin d’optimiser leur action.

Les engrais utilisés sur les terrains de sport, qui représentent une fraction infime des engrais de synthèse utilisés en France, sont déjà utilisés de façon raisonnée par des personnels formés. Ils permettent de limiter l’emploi de produits phytopharmaceutiques. Alors que la loi prévoit une restriction de l’utilisation de ces produitssur les terrains de sport à partir du 1er juillet 2022, la possibilité d’utiliser des engrais de synthèse sur l’ensemble des terrains de sport est ainsi une condition de sa bonne application« ,explique la FFG.

D’un point de vue technique,le rôle et les intérêts de ces engrais c’est qu’ils apportentles nutriments essentielsaux plantes et ils pallient l’insuffisance du sol tout en l’améliorant.La fertilisation des gazons de golf représente 20 000 tonnes/an, soit moins de 0,05% du marché des engrais. Ces derniers, organiques ou de synthèse, sont encadrés règlementairement par des critères d’innocuité, aux niveaux national et européen, comme le souligne la FFG.

Pilote de cet amendement élaboré, la FFG a concerté les parties prenantes qui sont pour l’essentiel des fédérations sportives, des collectivités territoriales et des associations sportives en situation financière difficile après un an de restrictions sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19.

De plus Pascal Grizot, le Président de la FFG,accompagné deGerard Rougier, Directeur Territoires, Environnement et Equipements à la FFG et de Remy Dorbeau, Directeur du Golf de Chantilly et Président de l’AGREF et de l’Institut Ecoumène Golf & Environnement, nous explique avoir « sollicité et obtenu une entrevue avec le Sénateur Labbé qui s’est montré extrêmement collaboratif lors de cette rencontre. Nous lui avons remis notre projet et avons échangé pour trouver une solution constructive pour tous.J’ai profité de cette rencontre pour le convier à une visite technique de 2 golfs. Invitation qu’il a acceptée. Nous serons donc à Toulouse le 7 juillet pour voir tout cela sur le terrain.« .

redactionateprofield.com (Lucas Sanseverino)

Visitez nos
autres sites