[Mise à jour] Le stade d'Angoulême passe pro !

Publié le 15 mai 2018 à 11h37

Catégorie : Actualités

D’importants travaux ont débuté au stade Chanzy, antre du club de rugby d’Angoulême (Pro D2), afin de le rendre conforme aux exigences du haut niveau.

Les travaux continuent au stade Chanzy d’Angoulême. Après le scalpage de l’ancien gazon, le drainage, dont les travaux viennent de s’achever. En images, la pose de 7000 mètres linéaires de drains, positionnés selon la technique du Drain Laser®, toujours par les personnels de Guy Limoges :

À suivre, l’installation de l’arrosage très prochainement !

Article d’origine (publié le 26 avril 2018):

Le stade Chanzy est actuellement en phase de travaux pour se conformer aux exigences du sport professionnel (le Club résident est le Soyaux Angoulême XV Charente, qui évolue en Pro D2).

Il s’agit d’un chantier de très grande envergure – coût total : 4 880 000 € HT – puisqu’il est notamment question d’agrandir la tribune nord et d’édifier une nouvelle tribune orientée ouest (derrière l’un des en-buts). Pour satisfaire aux diffuseurs, le système d’éclairage du terrain sera également rénové. De fait, pas moins de seize entreprises sont à pied d’œuvre depuis le 16 avril. Le calendrier est serré, puisque le stade rénové doit être opérationnel le 15 août prochain.

Parmi ces seize entreprises, Guy Limoges (membre du groupement Sport International) est en charge de la rénovation complète du gazon. « Les travaux ont commencé par la dépose des buts de rugby et le scalpage sur 4 cm de la pelouse existante, indique en préambule Sonia Coirier, gérante de Guy Limoges. Nous venons de finir l’amendement. Le substrat est constitué d’un mélange terre-sable (600 tonnes de sable ont été apportées). ».

L’étape suivante, prévue la semaine prochaine, concernera la réalisation de drains, absents jusqu’ici. Le terrain aura été reprofilé en double pente, et les drains seront réalisés au laser (technique brevetée par Sport International), en épi, avec une pente inférieure à 1%. En outre, le système d’arrosage fera l’objet d’une complète rénovation : le nouveau système se composera de 40 arroseurs, assortis d’une sonde d’humidité positionnée dans le sol sur 30 cm.

Pour la phase de semis, un mélange de trois raygrass est pressenti. Si son choix n’a pas encore été arrêté, il s’agira de semences enrobées, de façon à favoriser le plus rapidement possible l’enracinement du nouveau gazon. Le semis pourrait intervenir le 18 mai prochain, au plus tard le 22 mai, afin d’octroyer au moins trois mois à la croissance du gazon. À suivre…

Crédit photos : Sonia Coirier

Visitez nos
autres sites