La pelouse du Stadium (enfin) sur son 31 ?

Publié le 29 août 2017 à 11h54

Catégorie : Actualités

Après un début de saison difficile, le gazon du Stadium de Toulouse a fait meilleure figure lors de la dernière journée de championnat, avant la venue de l’équipe de France.

En moins de quinze jours, l’entraîneur du Toulouse Football Club a soufflé le chaud et le froid à l’endroit de la pelouse du Stadium. Le 13 août dernier, au soir du premier match de la saison de Ligue 1 contre Montpellier, Pascal Dupraz fustigeait un gazon «catastrophique». Changement de ton radical après la victoire contre Rennes, le technicien adressant dans l’Équipe (26/08) ses félicitations aux jardiniers du Stadium, tout en « chambrant » au passage Toulouse Métropole, propriétaire de l’enceinte :

«Je félicite les jardiniers, pas le type qui travaille à la Communauté de commune – il doit s’agir en toute vraisemblance de M. Romuald Pagnucco – ndlr). Comme il y a bientôt France-Luxembourg au Stadium (le 3 septembre), on leur a donné les moyens, ils bossent. Gageons que tous les quinze jours, il y ait un événement pour qu’ils puissent avoir les moyens de bosser. Ce n’est surtout pas le chef des jardiniers, qui me fait la gueule, que je vise. Il y avait des ventilos, c’est exceptionnel, la pelouse était en bien meilleur état qu’il y a quinze jours contre Montpellier.»

Que s’est-il passé en quinze jours pour expliquer un tel revirement ? La Dépêche (29/08) donne des éléments de réponse, évoquant, à propos du semis effectué après le décapage d’intersaison, « un gazon importé des États-Unis, le Renovator 3GLSD, plus résistant aux fortes chaleurs et aux champignons. » Toujours selon La Dépêche, ce nouveau gazon américain aurait partiellement repoussé une attaque de pythium courant juillet. «Les taches jaunes du pythium ont été très limitées, alors qu’elles avaient ravagé la pelouse dix mois auparavant», a expliqué au quotidien Romuald Pagnucco, Vice-président de Toulouse Métropole en charge de la gestion du Stadium.

Dans l’Équipe, Pascal Dupraz a également évoqué des « ventilos ». Il s’agirait en fait de huit ventilateurs géants, dont la Métropole aurait fait l’acquisition tout spécialement pour la venue de l’équipe de France le 3 septembre prochain. Ces ventilateurs fonctionnent principalement la nuit, depuis le 13 août, afin de « brasser l’air à l’intérieur du Stadium, de faire baisser de quelques degrés la température, et donc de repousser l’apparition d’éventuels champignons », poursuit Romuald Pagnucco.

La rencontre France-Luxembourg, qui compte pour les qualifications à la Coupe du Monde 2018, aura donc valeur de nouveau test pour Toulouse Métropole, qui a mis les petits plats dans les grands pour l’occasion, ainsi que pour les jardiniers du Stadium.

Reste à voir, comme l’a ironiquement souligné Pascal Dupraz, si la Métropole planifie ses efforts non pas au coup par coup mais sur le long terme et de manière pérenne. Car pour rappel, le Stadium s’est également porté candidat pour accueillir la finale de la Supercoupe d’Europe 2019.

Visitez nos
autres sites