La pelouse du stade Gaston-Petit, un exemple pour les autres clubs ?

Publié le 5 mars 2019 à 08h17

Catégorie : Actualités

A l’été 2017, la pelouse synthétique du Stade Gaston-Petit a été enlevée pour laisser place à une pelouse hybride. Le nouveau gazon de la Berrichonne de Châteauroux est pris pour exemple par d’autres clubs de football professionnel.

Christophe Bouchet, maire deTours, s’est déplacé il y a quelques jours àChâteauroux pour observer la pelousedes installations de Gaston-Petit car selon lui « àTours, les terrains du stade et d’entraînement sont en fin de vie.Il faut désormais y répondre ». Cette visite a pour butde connaître les produits du marché car lemaire de Tourssouhaiterait remettre à neuf leStade de la Vallée du Cherutilisépar les joueurs duTours FCet appartenant à la Ville de Tours. Ceauraitconsisterait àrecouvrir le stade d’une pelouse hybride commecelle du Stade Gaston-Petitqui a permis à laLa Berrichonne de Châteaurouxde remporter leChampionnat de Francedes pelouses de Ligue 2017-2018.

En effet, le club de Châteauroux a fait appel àla sociétéSportingsolspourla mise en oeuvredeson gazonhybride quirepose sur du substratAirfibrà l’été 2017 comme nous en parlions danscet article. Aujourd’hui nous en savons un peu plus sur les chiffres puisque le projet a coûté969.000€ concernant le changement de pelouse ,auxquelson peut ajouter190.000€ par an pour un contrat d’entretien signé pour trois ans. Quant àl’arrosage, il requiert environ 2500 m3 d’eau par an.

Christophe Bouchet a rencontré le dirigeant deSportingsols, Robert Jobard et celui deNatural Grass, Augustin Rochmann qui lui ont présentéles secrets de leurs pelouses hybrides et la technologieAirfibradoptées par le club de Châteauroux mais aussi par leReal Madrid, l’Olympique Lyonnais, le Centre national de rugby à Marcoussisou encore leGolf National de Saint-Quentin-en-Yvelinesqui a accueilli laRyder Cup.

Le directeur commercial de Natural Grass affirme que la technologie AirFibr permet de limiter les blessures et prend l’exemple d’Arsenalqui est connu pour être le club qui avait le plus de joueurs blessés au monde et que ces problèmes se sont résolus depuis que l’Emirates Stadium est équipé de cette technologie.

A voir si la Ville de Tours sera conquise par ces éléments ou non.

Source :BertrandSLEZAK– Journaliste, responsable de la rédaction de l’Indre –La Nouvelle République

Crédit Photo :© Thierry Roulliaud

Visitez nos
autres sites