Clermont plus que réservé sur le synthétique

Publié le 8 décembre 2017 à 14h56

Catégorie : Actualités

Échaudé par son précédent match de Top 14 contre Oyonnax, l’ASM doit en effet rejouer un deuxième match en moins de deux semaines sur terrain synthétique. Une perspective visiblement peu réjouissante pour certains joueurs et membres du staff du club clermontois…

Nous évoquions dans un précédent article le terrain de l’Union Sportive Oyonnax Rugby qui, paradoxalement, favorisedésormais les équipes visiteuses, en offrant un terrain de meilleure qualité que leur précédent.
Or toutes les équipes ne se réjouissent pas forcément d’aller y jouer, à en croire La Montagne, qui évoque la venue – apparemment rugueuse – de L’ASM sur le terrain synthétique d’Oyonnax il y a dix jours pour le compte de la 11ème journée de Top 14.
Il en va de même pour la prochaine rencontre du club clermontois, contre les Saracens, qui évoluent également sur synthétique à l’Allianz Park. Le quotidien rapporte ainsi l’avis peu enthousiaste de Didier Bès, l’entraîneur adjoint : « Je ne suis pas favorable au synthétique. Pour moi, c’est une sombre connerie. Au foot, on l’a vu à Lorient ou à Nancy, ils en sont revenus. Au foot américain, je crois qu’ils sont en train de faire la même chose. Je le redis, c’est une sombre connerie car l’onde de choc sur un terrain synthétique est répercutée dans le corps des joueurs. Sur un terrain naturel, elle est répercutée sur le sol. La différence est là. Les joueurs te le disent : après un match, tu as mal partout et tu as l’impression d’être sur un plateau vibrant. »
En outre, toujours selon Didier Bès, le synthétique serait plus glissant, notamment lors des phases de mêlées. Autre désagrément évoqué par Damien Chouly, troisième ligne et capitaine de Clermont : l’emploi de crampons longs (une habitude semble-t-il répandue en rugby) sur du synthétique peut amener à des blocages au niveau des appuis, avec des risques de blessures accrus. La Montagne tente bien de contrebalancer ces avis négatifs en rapportant le point de vue – positif celui-là – de Rémi Lamerat, trois-quart centre de l’ASM au sujet du match de dimanche contre les Saracens : «On sait que sur cette pelouse, quelles que soient les conditions météo, qu’il neige, qu’il pleuve, qu’il vente, ça ne va pas changer le rythme du match qui restera élevé ».

Sources : La Montagne, compte twitter de Vincent Duvivier, responsable communication de l’ASM, compte Instagram de l’ASM

Visitez nos
autres sites