Boue, Buzz & Bouse

Publié le 10 août 2017 à 06h05

Catégorie : Actualités

Quand une boutade malheureuse au détour d’un petit édito dans un grand quotidien affole la Twittosphère…

À l’heure des réseaux sociaux, c’est à un petit « shit storm » (une tempête de m…, pour les non-anglophones) auquel aura eu droit le malheureux Grégory Schneider, chroniqueur spécialiste du ballon rond (Libération, L’Équipe 21, CNews). En cause, une petite banderille inopinée (Libération, 03/08) visant la pelouse du stade Raymond-Kopa d’Angers, au détour d’un édito sur…Neymar. Une vacherie lâchée en fin d’article à la manière d’un tacle dans les arrêts de jeu…

Alors que le chroniqueur s’est escrimé à discourir sur la dernière recrue (de choix!) du Paris-Saint-Germaine et de sa perte du sens des réalités (sa « déconnexion lunaire », sous la plume de Schneider), les lignes qui lui auront valu le plus de buzz concernent une autre prétendue réalité, celle du championnat de France :

« Le réel est pour bientôt. Dans quelques mois, Neymar jouera dans la boue à Angers, avec un mauvais arbitre, un défenseur agressif et une petite bruine. Ça nous fera du bien. »

Que n’a-t-il pas écrit là ! La pelouse de l’Angers Sporting Club de l’Ouest (SCO) traînée dans la boue ? Intolérable ! La réplique ne tarde pas sur le compte Twitter de l’intéressé. Morceaux choisis :

Dans le lot, notre confrère a bien sûr eu droit à des messages d’insultes… Dans un registre bien plus courtois, plusieurs élus angevins sont également montés au créneau via Twitter. De quoi pousser Grégory Schneider à se fendre d’une réponse sur son compte :

Alors certes, la boutade paraît injustifiée ; d’aucuns ne se sont pas privés de rappeler que le stade Raymond-Kopa a terminé à la 4ème place du championnat des pelouses de Ligue 1. Pourquoi la plume de Grégory Schneider a-t-elle « ripé » au détriment d’Angers, plutôt que Bastia, Montpellier ou encore Toulouse ? Peut-être n’y pleut-il pas assez l’hiver…

Au final, un bon petit buzz des familles – auquel contribue gsph24.com sans vergogne aucune ! -, aussi vite oublié qu’il aura enflé. Mais également un épisode qui n’aura pas contribué à améliorer l’image des journalistes, fréquemment taxés de boboïsme parisien !

Visitez nos
autres sites