Gazons synthétiques : l'Anses remettra son rapport en juin

Publié le Mardi 06 mars 2018 à 13:50

Saisie par six ministères, l'Agence a quatre mois pour rendre ses conclusions quant aux préoccupations sanitaires et environnementales suscitées par la présence de débris de pneus usagés dans les terrains synthétiques.

Mis devant leurs responsabilités, les pouvoirs publics ont finalement repris l'initiative dans l'épineux dossier des gazons synthétiques et des questions récurrentes quant à leur possible dangerosité (par la présence en leur sein de débris de pneus usagés, suspectés d'avoir un effet cancérigène).

Le 22 février, soit le jour-même de la diffusion d'un sujet d'Envoyé spécial – on appréciera le timing - les ministères de la Transition écologique et solidaire, des Solidarités et de la Santé, de l’Économie et des Finances, du Travail, de l’Agriculture et de l’Alimentation et des Sports ont fait connaître par un communiqué commun leur décision de saisir l'Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) sur les éventuels risques liés à l'utilisation des granulats de caoutchouc recyclés notamment dans les terrains de sports synthétiques.

Le communiqué indique que l’Anses analysera les données et études disponibles sur les principales substances présentes dans ces granulés et matériaux en caoutchouc et sur le niveau de préoccupation qu’elles génèrent en raison de leurs dangers intrinsèques, de leur concentration ou des modes d’exposition, afin de pouvoir rendre des conclusions sur les préoccupations sanitaires et environnementales qui pourraient en résulter. L’Anses étudiera les principales voies d’exposition pour la population générale, la population en milieu de travail et l’environnement (terrains de sport, terrains de jeux pour enfants, litières pour animaux, …). Le rapport est attendu pour la fin juin.