[Enquête] Entretien-maintenance des terrains de sport: l'enjeu de la performance - Episode 2

Publié le Vendredi 30 août 2019 à 10:35

Quelle que soit la discipline, la pratique du sport professionnel implique des terrains durablement en bon état, autant pour offrir les meilleures conditions de sécurité aux utilisateurs que pour assurer le spectacle. Dès lors, l'entretien-maintenance revêt un enjeu stratégique. Pour répondre aux exigences du haut niveau, les propriétaires de terrains (publics ou privés) sont amenés à recourir aux services d'une société spécialisée. L'objectif de cette enquête est d'explorer les raisons d'un tel choix : externalisation des coûts, manque de moyens humains et matériels, considérations budgétaires... Suite de cette enquête avec cette semaine, un focus sur la clientèle des entreprises de maintenance.

gazon-béziers-hybride-terrain-décaissé

Pour consulter la première partie, c'est par ici.

Pour consulter la troisième partie, c'est par ici.

Partie II : la clientèle

 

Elle se compose de deux grandes catégories : les collectivités territoriales (parfois l'État directement, comme pour certains hippodromes) et les sociétés privées ayant reçu mandat d'exploitation d'installations sportives. Les sociétés privées propriétaires d'une enceinte sportive se comptent sur les doigts d'une seule main, puisqu'en football, seul l'Olympique Lyonnais se trouve dans ce cas. En rugby, on citera le Stade Ernest-Wallon, propriété de l'association des Amis du Stade toulousain. En hippisme, France Galop est propriétaire de l'hippodrome de Maisons-Laffitte, mais reste gestionnaire des autres hippodromes, qui sont propriété de l'État. Idem pour les golfs, qui appartiennent aux collectivités les accueillant.

 

Néanmoins, si l'immense majorité des terrains de sport engazonnés appartiennent à la sphère publique, une part très importante passe par la délégation de service public pour en assurer l’exploitation globale. Si bien que dans de nombreux cas, les sociétés prestataires contractualisent avec des entités de droit privé.

 

« On n'a plus trop affaire directement...