Comment prévenir la pyriculariose ?

Publié le Vendredi 17 août 2018 à 12:35

Ce champignon a sévi dans de nombreux stades français, comment faire pour prévenir l’apparition de cette maladie ?

pyriculariose-ventilateur-SGL

Notre semaine avait commencé avec un article sur le gazon du Moustoir, attaqué par la pyriculariose, le traitement de la maladie avait dû être interrompu suite à l'organisation d'un festival dans le stade. Cette maladie se serait également développée dans différents stades en France.

Comment faire pour éviter que votre terrain s’ajoute à la liste des contaminés ?

En ce qui concerne les mesures préventives, Cyril Gateau, de la société Hydraparts, a accepté de nous répondre en apportant des solutions à travers des produits distribués par la marque en France.

Comme nous vous le disions, ce champignon se développe lorsqu’il fait très chaud, en conséquence le gazon est beaucoup arrosé et l’humidité permet une progression de la maladie.

Dans ce cas-là, les ventilateurs sont nécessaires pour éviter l’accroissement de la pyriculariose, ils permettent de renouveler l’air, de refroidir et assécher le gazon.
 

Au PSG, le Parc des Princes est équipé d’un modèle de la marque SGL, le TC50, un ventilateur brumisateur qui permet de projeter des gouttes d’eau très fines, si bien qu’elles s’évaporent avant de pouvoir toucher le gazon, il est ainsi rafraichi mais la surface reste sèche.


Au Stade de France, le terrain est équipé d’un ventilateur un peu différent, le TurfBreeze™ de Bernhard. Il souffle une quantité d’air adaptée en puissance, le volume d’air exact pour aérer le terrain de manière optimale.

 

Une autre solution plus d'avant-garde, est proposée pour éviter l’apparition de la pyriculariose, c’est l’UVC 180, de SGL, une machine qui vient synthétiser des rayons UV de type C comme son nom l’indique.  Ces UV possèdent le plus d’énergie mais sont filtrés par la couche d’ozone. Ce chariot permet donc de reproduire ce type de rayonnements qui lorsqu’il atteint la maladie, s’en prend à la cellule et son noyau en venant dénaturer son ADN. Ainsi, la cellule ne peut plus se reproduire ce qui empêche le développement de la pyriculariose.

Ces équipements permettent de pouvoir se préparer et limiter la dégradation du terrain en cas d’infection. La solution miracle reste avant tout une météo un peu plus clémente et des températures plus douces qui permettraient de laisser respirer les gazons de nos terrains…

Crédit photo :  SGL et Bernhard