SGL lance son premier système d’éclairage de croissance à LED

L’entreprise hollandaise SGL, leader européen du marché de la luminothérapie de terrains de sport, a lancé un nouveau système d’éclairage de croissance à LED plus intelligent, économique et durable. 

Fournir autant de lumière que son précédent système de luminothérapie mais de façon beaucoup plus économique, c’est le défi qu’a tenté de relever l’entreprise hollandaise SGL avec sa nouvelle rampe LED 440. Fruit d’une décennie de recherche, elle associe un éclairage par LED à un système de chauffage par infrarouges. L’ensemble est monté sur une rampe mobile à six bras couvrant 440 m².
L’équipe de recherche et développement du groupe hollandais a été confronté à plusieurs problématiques lors de la conception de ce nouveau système : le poids de la rampe évidemment, mais aussi l’association optimale des technologies LED et infrarouges et l’optimisation de la puissance de l’ensemble. Elle est donc repartie de zéro et a tout développé en interne.


Des économies d’énergie importantes


Le passage à la technologie LED permet des économies d’énergie importantes par rapport aux lampes à sodium. Ainsi, on estime qu’elle est capable de produire la même quantité de lumière avec 30 à 40 % d’électricité en moins. L’autre atout de la LED est d’autoriser une gestion personnalisable du spectre lumineux afin de le rendre plus efficace pour les végétaux traités. Néanmoins, l’éclairage LED présente un inconvénient non négligeable expliqué par François Brouillet, le directeur général d’Hydraparts, distributeur français de SGL : « Le faisceau lumineux d’une LED est droit contrairement à un éclairage au sodium où il est beaucoup plus ouvert. Dans ce large cône lumineux, on avait une meilleure uniformité sur plus de surface. SGL a donc beaucoup travaillé pour pouvoir diffracter la lumière LED et avoir ainsi une empreinte lumineuse élargie et surtout une très bonne uniformité. » 


La conception de luminaires LED et infrarouges spécifiques à la structure a permis de réduire drastiquement le nombre de luminaires. En conséquence, le poids de la structure a diminué de 70 % par mètre carré. 
Côté chauffage, les ingénieurs ont travaillé en premier lieu sur les luminaires infrarouges. Un réflecteur asymétrique a été mis au point pour garantir une température constante sur toute l’empreinte de la rampe. Ils ont aussi travaillé sur les luminaires LED dont 35 % de l’énergie utilisée est convertie en chaleur de convection, qui réchauffe l’air autour du luminaire mais est perdue pour le gazon. Ils ont donc conçu un système qui permet de récupérer cette chaleur et de la diriger par ventilation vers la surface en fonction du besoin. En revanche, le recours au chauffage par infrarouges fait baisser les économies d’énergie réalisées par le passage à l’éclairage LED.


Un contrôle indépendant de la lumière et de la température


En comparaison (voir ci-dessous) avec l'ancien système SGL LU440, équipé de 60 luminaire HPS (High-pressure Sodium), le LED 440 n'apparaît pas meilleur sous tous les angles. Ce dernier est plus lourd, plus cher, et peut consommer davantage à sa puissance maximale. Mais le LED 440 semble plus optimal à la fois au niveau de l'uniformité lumineuse et thermique. Surtout, l’avantage de cette combinaison LED/infrarouges est de pouvoir contrôler de manière indépendante la lumière et la température, ce qui n’était pas possible avant avec les luminaires au sodium. 


Dans un souci d’efficacité, SGL a aussi intégré dans sa rampe des capteurs de température pour mesurer en permanence la température de l’herbe. « Nous avons aussi développé un algorithme de croissance qui calcule spécifiquement la quantité de lumière et de chaleur nécessaire pour chaque partie du terrain, en fonction de nombreuses variables (...) Ces données sont utilisées pour déterminer très précisément où et quand les lumières LED doivent être utilisées et quand le chauffage doit être allumé. Avec l’algorithme, nous pouvons non seulement prévoir, mais également garantir la qualité du terrain et les économies d’énergie » confiait Jürgen Muth, directeur de l’Allianz Arena de Munich au site du club. 

En outre, avec cette nouvelle technologie, le LED 440 nécessite une consommation électrique moyenne plus basse que l'ancien système. C'est notamment grâce à cette économie d'énergie que SGL projette à ses clients un retour sur investissement possible en dix ans. 


Les premières rampes installées en Allemagne


Cette optimisation rend le système plus économe en énergie tout en garantissant la qualité du gazon. « Être capable de fournir autant de lumière qu’un système précédent avec une économie d’énergie de 40 % est une amélioration monumentale », s’est enthousiasmé le directeur de la recherche et du développement de SGL, Scott Bogner.


Alors que le nouveau système est déjà utilisé dans plusieurs stades européens (Allianz Arena de Munich, Volkswagen Arena de Wolfsbourg, Friends Arena de Stockholm, etc.) , il n’a pas encore été adopté en France. Une simple question de temps pour François Brouillet, qui négocie actuellement avec plusieurs clubs français en vue d'installations pour la reprise de la saison prochaine : « On est sur un système qui va, je pense, prendre son essor assez rapidement, d’autant plus avec l’évolution du coût de l’énergie. »

 

Embedded rich media on Twitter

Sur le même thème