Les origines de la « balafre » sur le gazon du Stade de France

Publié le Lundi 17 juin 2019 à 17:26

Les dommages causés sur une partie du gazon à l'occasion du concert de BTS le 7 juin dernier n'ont pu être rattrapés pour la finale du Top 14. iTurf Management, gestionnaire du Stade de France, livre ses explications.

SdF_Anthonny_Tallieu_Twitter.jpg

Samedi dernier s'est déroulée la finale du Top 14, remportée par le Stade Toulousain face à l'ASM Clermont Auvergne (24-18) au Stade de France. On l'a vu, le terrain n'était pas dans les meilleures conditions pour l'occasion, l'enceinte ayant accueilli moins d'une semaine auparavant un concert du groupe de K-Pop (Pop coréenne) BTS. Le couvert végétal n'en est pas sorti totalement indemne, arborant une zone détériorée au centre du terrain, comme le figure la photo publiée sur le compte Twitter d'Anthony Tallieu pour Rugbyrama.

 

La veille de la finale, Alexandra Boutelier, Directrice générale du Stade de France, avait pris la parole pendant l'entraînement du capitaine afin de présenter ses excuses aux staffs des deux équipes au nom du Consortium Stade de France. Une prise de parole décidée « en concertation » avec le groundsman du Stade de France, Anthony Stones, précise Benoît Lavallée, Directeur des opérations de iTurf Management (gestionnaire du Stade de France).

 

Benoît Lavallée explique que la bande de terrain détériorée, de 30 m de long pour 3 m de large , correspond à la zone sur laquelle les équipes logistiques chargées de l'organisation du concert de BTS ont acheminé leur matériel. Des plaques de protection respirantes avaient bien été mises en place, mais le passage du matériel additionné aux récentes intempéries pendant le montage et le démontage de la couverture de protection auraient rendu cette zone du terrain particulièrement boueuse, malgré le système de drainage.

 

« Nous avons essayé de redynamiser cette bande de terrain, en utilisant notamment des graines prégermées, ainsi que par l'emploi de tentes à UV (achetées cet hiver), plaide le représentant de iTurf Management, mais nous partions de décidément trop loin pour récupérer cette partie du terrain. »

 

Des déchets de tonte avaient d'ailleurs été conservés au congélateur afin d'utiliser leurs pigments pour « maquiller » la zone endommagée, mais rien n'y fit. La LNR a pourtant donné son feu vert à l'issue de ses tests effectués entre j-6 et j-4, ne voyant pas dans cette « balafre » en partie centrale du terrain un facteur rédhibitoire, le reste du terrain donnant satisfaction (Alexandra Boutelier évoquant au micro de France Bleu Occitanie un « problème esthétique mais pas technique ».)

 

L'épisode remet ainsi en lumière la difficulté de gérer un terrain de sport dans le contexte d'une enceinte accueillant diverses manifestations. Cette mésaventure ne devrait pourtant pas dissuader le Consortium Stade de France de continuer à accueillir des concerts:

 

« Nous avions accueilli plus tôt dans l'année les concerts de Metallica et de Stars 80 et cela s'était bien passé. Nous n'avons pas réussi à rectifier le tir cette fois, mais le Stade de France a vocation à continuer à varier les évènements organisés en son sein » (Benoît Lavallée).

 

redactionateprofield.com (Idir Zebboudj)

 

Crédit photo : Compte Twitter d'Anthony Tallieu