JO 2024 : la FFE milite pour des sites alternatifs

Publié le Vendredi 20 avril 2018 à 09:00

Plusieurs membres de la Fédération Française d’Équitation contestent le choix du domaine de Versailles pour l'organisation des épreuves olympiques...

Un vent de contestation souffle en catimini au sein de la Fédération Française d’Équitation quant au choix du domaine de Versailles comme site pour les épreuves d'équitation des JO 2024, qui se dérouleront à Paris.

Des indiscrétions rapportées par notre confrère L'Équipe.fr font état de l'insatisfaction de plusieurs pontes de la fédération, sous couvert d'anonymat. Trois arguments sont brandis par ces derniers pour remettre en question le choix de Versailles en tant que site olympique.
Premièrement, l'image « élitiste » de Versailles irait à l'encontre d'une ouverture de la discipline à un public plus large.
Deuxièmement, le spectre d'un dépassement de budget est brandi : si le chiffre de 35 M€ est annoncé pour l'organisation des épreuves, les sources de l'Équipe tablent plus volontiers sur le double de cette somme.
Troisièmement, l'organisation des épreuves à Versailles ne prévoirait pas d'infrastructures pérennes, ce qui pourtant aurait été une des promesses du dossier de candidature Paris 2024 ...  

On apprend également que la FFE aurait déjà pris l'initiative de monter des dossiers plaidant pour le choix de sites alternatifs – bien que dans les faits, il semblerait que les changements de sites ne soient pas possibles après l'attribution de l'organisation des JO.

Quand bien même, la FFE fera valoir les domaines de Longchamp, Fontainebleau, Chantilly, Grosbois, Jardy et Lamotte-Beuvron auprès du Ministère des Sports ainsi qu'au Comité d'organisation des JO 2024.

 

Source : L'Équipe

 

Crédit photo : FFE-DL