[Revue du net]  Borély en fin de course ?

Publié le Mercredi 23 janvier 2019 à 10:14

Le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin remet à l'ordre du jour la possible ouverture de l'hippodrome marseillais au grand public et donc la fin des courses hippiques en son sein.

Lors de ses vœux à la presse lundi 21 janvier 2019, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin a remis à l'ordre du jour la possible cessation des courses sur l'hippodrome de Borély, en vue d'étendre le parc attenant du même nom, comme le relate le site Made in Marseille :

 

« Nous voulons étendre le parc Borély jusqu’à la mer, dès l’expiration de la convention qui lie la ville à la société hippique gestionnaire de l’hippodrome, et je crois avoir l’appui des élus pour le faire »

 

Le projet du maire de Marseille semble en effet faire consensus, dans les rangs des Républicains et au-delà. Le maire des 6ème et 8ème arrondissements de Marseille, Yves Moraine, envisage, outre l'ouverture totale de l'hippodrome au public, d'y conserver un practice de golf, voire d'y aménager des terrains de boules et de volley ball ! Le projet reçoit également l'assentiment de l'opposition, déjà faite en 2014 par Patrick Mennucci (Parti socialiste), alors candidat à la mairie de Marseille.

 

Il n'y a guère que la société hippique de Marseille (SHM), qui gère l'hippodrome de Borély, pour mettre en doute la concrétisation de ce projet. La SHM est locataire des 15 hectares de l'hippodrome jusqu’en 2022. « Cela n’engage pas à grand chose de faire ce genre d’annonce avant un changement de mandature », indique à Made in Marseille le directeur de la SHM, Jérôme Charpentier. Et d'ajouter « Ce n’est pas fait. On est attentifs mais pas complètement inquiets. On va attendre patiemment le résultat des élections de 2020 »,

 

Le site Made in Marseille précise enfin que le nombre de courses – 39 par année – est limité du fait de l'entretien du gazon. Jérôme Charpentier avance quant à lui que cette activité rapporte entre 600 000 € et 800 000 € à la ville tous les ans « entre le bail, les taxes foncières et les taxes sur les paris hippiques. »

 

Source : Made in Marseille

 

crédit photo : Tangram Architectes