Fin des courses à Maisons-Laffitte : la filière réagit

Publié le Mercredi 05 décembre 2018 à 12:55

Logiquement, l'annonce de France Galop de mettre fin aux courses de plat sur l'hippodrome francilien suscite la désapprobation des propriétaires, éleveurs et entraîneurs.

Nous le relations dans un précédent article : France Galop prévoit de mettre un terme aux réunions de galop sur l'hippodrome de Maisons-Laffitte d'ici à la fin 2019, et y maintiendra uniquement l'activité de son centre d'entraînement.

 

Logiquement, les réactions de la filière ne se sont pas fait attendre. Nos confrères de Jour de Galop ont recensé plusieurs témoignages d'entraîneurs, d'éleveurs, de propriétaires de chevaux... Parmi ces témoignages, voici celui de Nicolas Clément, entraîneur et président de l’Association des entraîneurs de galop :

 

« C’est un très mauvais message vis-à-vis des entraîneurs et des propriétaires. La fermeture de l’hippodrome, c’est aussi la réduction du nombre de pistes en gazon (…). La ligne droite de Maisons-Laffitte est excellente, c’est une perte énorme (…). Pour nous, entraîneurs (...), un centre d’entraînement est lié à un hippodrome (…). Nous savons tous que nous ne pouvons pas courir sur une piste en gazon quatre fois par semaine. Nous élevons pourtant pour courir sur le gazon. C’est inquiétant de devoir se retrouver à déplacer vingt-quatre réunions de courses peut-être sur la P.S.F. Je suis très inquiet pour le transfert de ces courses, mais il me reste un brin d’espoir ! »

 

 

Parmi les différents points soulevés dans cette réaction, l'entraîneur reconnaît que la sollicitation répétée des pistes en gazon constitue une difficulté, mais brandit le spectre d'un transfert des courses de galop sur pistes synthétiques. Une perspective qui trouve un écho dans la nouvelle orientation du président de l'hippodrome de Pau, Jean-Louis Foursans-Bourdette, qui misera préférentiellement sur sa piste en PSF pour accueillir plus de courses en 2019.

 

Crédit photo: France Galop - scoopdyga