Coupe du Monde : confidences de l’intendant chargé de l’entretien des terrains russes

Publié le Mardi 03 juillet 2018 à 08:49

La Coupe du Monde de 2014 avait fait une audience mondiale de 3,2 milliards de téléspectateurs, un chiffre colossal qui ne fait que renforcer la pression que subit l’intendant chargé de la bonne santé des pelouses des stades russes.

coupe-du-monde-russie-intendant-Alan-Ferguson

Alan Ferguson, c’est l’homme qui se cache derrière les gazons verdoyants de six des douze terrains de la Coupe du Monde de football 2018 en Russie, dont celui qui accueillera la finale, le stade Loujniki.

Cet écossais a débuté sa carrière d’intendant au golf de St Andrews et il a fait ses premiers pas dans l’univers du football auprès des Rangers. Il explique : « Mon grand-père avait un attrait pour le greenkeeping et l’horticulture de manière générale. J’avais une fascination pour les bandes vertes en étant enfant. C’est ce qui m’a fait commencer. J’ai gagné douze récompenses dans ma carrière, sept de Portman Road pour l’intendant de l’année. J’en suis très fier. »
Par rapport au début de sa carrière, il note une grande évolution concernant les missions des intendants : « Quand j’ai commencé, l’intendant s’occupait du terrain et devait nettoyer les gradins et le parking. Je ne voulais pas faire le parking. »
Selon lui, les terrains ont connu une nette amélioration grâce à la multiplication des retransmissions des matchs de Premier League : « La chaîne Sky a tout changé. Ils voulaient de bons terrains toute l’année. Ca ne s’est pas produit. Les terrains étaient en bon état jusqu’en octobre et après ça se dégradait. Le terrain à Ipswich était choquant. La pelouse avait des racines pauvres, pas propices pour jouer. On l’a arraché, refait la racine supérieure et réensemencé. »

La Coupe du Monde est un défi de taille : « L’attente est énorme. Les Russes veulent faire du spectacle. C’est la plus grande compétition au monde, beaucoup de gens regardent partout. Ils ne veulent pas d’images de merde ici. Si je me trompe, ça sera ma fête. Même ma femme m’écrit par texto de chez nous. Elle regarde la télé, me fait des rapports, la couleur est terne… »

S’il a fallu composer avec les températures négatives du pays des tsars, Alan Ferguson va devoir faire face à un nouveau challenge : faire pousser du gazon dans le désert pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar. En effet, dans 3 mois, il entamera un nouveau poste qui vient d’être créé à la FIFA : celui de directeur de l’entretien des terrains.

Source : iNews
Crédit Photo : SIS Pitches / Capture d'écran chaîne YouTube HarrodUK